TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[AMERIQUE] Bolivie: six régions se mobilisent contre le...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 - 11:44    Sujet du message: [AMERIQUE] Bolivie: six régions se mobilisent contre le... Répondre en citant

Bolivie: six régions se mobilisent contre le gouvernement d'Evo Morales
-28 novembre 2007-

LA PAZ (AFP) - Six des neuf régions de Bolivie se mettent en grève mardi et mercredi contre le gouvernement de gauche du président Evo Morales pour protester contre un projet de Constitution adopté samedi en l'absence des députés de l'opposition.

La région agricole de Pando au nord a lancé un mouvement de protestation de 48 heures dès mardi tandis que celles de Santa-Cruz (est), Tarija (sud), Beni (nord), Cochabamba (centre) et Chuquisaca (sud-est) seront en grève mercredi.

Ce vaste mouvement touche les régions les plus prospères du pays andin puisqu'elles représentent environ 80% de la richesse (hydrocarbures, agro-alimentaire) du pays le plus pauvre de l'Amérique du sud.

Dans la région de Pando, la grève a paralysé mardi Cobija, la capitale régionale (1200 km au nord de La Paz), les véhicules de la municipalité bloquant les rues de la ville.

A La Paz, quelques centaines de paysans partisans du président Evo Morales se sont rassemblés mardi soir devant le Congrès, exigeant que le sénat majoritairement dans l'opposition, adopte la loi controversée affectant les impôts sur les hydrocarbures non plus aux régions mais au gouvernement central.

Les gouverneurs s'opposent à la politique du gouvernement socialiste du président Evo Morales, premier chef d'Etat indien de la Bolivie.

Ils refusent en particulier le projet de Constitution adopté samedi lors d'un vote boycotté par l'opposition, organisé dans une école militaire à la périphérie de la ville de Sucre (est). Ce texte vise notamment à instaurer un modèle économique socialiste, en réaffectant une partie des ressources fiscales provenant des hydrocarbures au paiement de retraites pour les plus pauvres.

De violents affrontements ont opposé des milliers d'étudiants et d'habitants de Sucre et la police durant le week-end, faisant trois morts et des centaines de blessés et obligeant les forces de l'ordre à se retirer à Potosi, une ville voisine, plus au sud.

Le chef de la police, le général Miguel Vasquez, a déclaré mardi que le policier dont il avait annoncé samedi la mort, "lynché et exécuté par la foule" était en fait vivant mais en "état de choc".

Un des dirigeants de l'opposition, l'ancien président libéral, Jorge Quiroga, que le président Morales accuse de "comploter", a lancé mardi soir un appel à l'Eglise pour qu'elle serve de médiatrice pour "sauver la démocratie bolivienne sérieusement malmenée ces derniers jours".

A Sucre, la tension continuait de couver: des inconnus ont tiré des coups de feu en direction du siège de Canal 13, une chaîne de télévision universitaire hostile au gouvernement socialiste de M. Morales.

La population a enterré mardi soir dans le calme et le recueillement la dernière victime des affrontements de la fin de semaine. "Il n'y a pas de pardon pour ce qui a été fait" a lancé Mery Vasquez une vieille femme en pleurs tandis que des cris fusaient: "Evo assassin, justice ! justice! ".

Des dizaines de journalistes ont défilé plus tard en centre ville pour protester contre les agressions de la police contre la presse durant les affrontements de samedi et dimanche.

Une bonne partie des habitants de Sucre s'opposent à la réforme de la Constitution et exigent que la ville redevienne la capitale de la Bolivie, un rang qu'elle a perdu à la suite d'une guerre civile au 19e siècle.

"La grève civique commencera mercredi", a déclaré le puissant gouverneur de Santa Cruz, Ruben Costas, qui envisage de faire un procès aux responsables policiers et militaires pour les affrontements de Sucre et considère que "le président Evo Morales, comme Ponce Pilate, se lave les mains" des morts.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)