TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 27 Nov 2007 - 09:32    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Une soixantaine de policiers blessés à Villiers-le-Bel
-27 novembre 2007-

VILLIERS-LE-BEL, Val-d'Oise (Reuters) - Une soixantaine de policiers ont été blessés, dont cinq grièvement, lors d'une deuxième nuit de violences à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) et dans les communes environnantes, où cinq personnes ont été interpellées, apprend-on mardi auprès de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Ces incidents font suite à la mort de deux adolescents à Villiers-le-Bel dans un choc entre une mini-moto et une voiture de police, dans la journée de dimanche. Cette affaire est considérée pour l'instant officiellement comme un accident mais une enquête est ouverte.

Le scénario fait craindre une escalade similaire à 2005. La mort dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de deux jeunes poursuivis par la police avaient provoqué trois semaines de violences urbaines sans précédent dans l'histoire contemporaine du pays.

Parmi les cinq fonctionnaires de police gravement atteint lundi, l'un a été touché à l'épaule par un plomb de chasse, précise-t-on à la DDSP. Ses jours ne sont pas en danger.

La bibliothèque Louis Jouvet de Villiers a été complètement détruite par un incendie. Plusieurs dizaines de commerces et de restaurants, ainsi qu'une une agence du Trésor public ont en outre été dégradés, dit-on de source policière.

Des affrontements sporadiques se sont déroulés pendant plusieurs heures entre de petits groupes, qui lançaient des pierres et divers projectiles sur les forces de l'ordre.

Selon le bilan matériel établi par la DDSP, une soixantaine de véhicules ont été incendiés, dont une voiture de police.

EXTENSION A D'AUTRES COMMUNES ?

Des feux de voitures ou de poubelles ont également été signalés à Cergy, Ermont, Goussainville, Fosses et Argenteuil.

A Sarcelles, des affrontements entre policiers et une cinquantaine de jeunes se sont déroulés près d'un concessionnaire automobile, où les policiers disent avoir été attirés dans un guet-apens. La préfecture ne faisait pas état de cet épisode.

Le calme est revenu à Villiers vers 01h30 (00h30 GMT).

La nuit précédente, un commissaire de police avait été sérieusement blessé, ainsi que 24 policiers - dont deux gravement - et un pompier, lors des affrontements.

Lundi, la famille des deux victimes de Villiers et les autorités avaient appelé au calme.

Le parquet a annoncé avoir ouvert une enquête préliminaire sur la mort des deux jeunes pour homicides involontaires et non-assistance à personne en danger, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) et à la sûreté départementale.

Le procureur de Pontoise Marie-Thérèse de Givry a déclaré qu'il s'agissait d'un "accident de la circulation". Certaines questions demeurent sur l'éventuelle arrivée tardive des secours ou une hypothétique fuite des policiers alléguée par divers témoins, ce qui est catégoriquement démenti par les autorités.

"Je souhaite que chacun s'apaise et qu'on laisse la justice déterminer les responsabilités des uns et des autres", a déclaré le président Nicolas Sarkozy en marge d'une visite en Chine.

Le Premier ministre François Fillon a fait savoir qu'il avait téléphoné aux parents des deux jeunes gens décédés "pour leur présenter ses condoléances et leur assurer que tout serait fait pour rechercher la vérité".

Michèle Alliot-Marie, qui est allée sur place à la mi-journée, a relancé un débat récurrent depuis 2005 en affirmant que les violences de Villiers étaient organisées par un "certain nombre de personnes qui (essayaient) de créer des incidents graves pour profiter de cette situation".

"Qui et pourquoi ? Des personnes qui ont intérêt, sans doute pour couvrir certaines de leurs actions, à faire des amalgames et entrainer des personnes qui n'ont rien à voir avec elles dans tout ceci", a déclaré la ministre de l'Intérieur.

Les études policières et universitaires menées sur les violences de 2005 ont montré qu'elles étaient spontanées et menées le plus souvent par des individus très jeunes et sans antécédents judiciaires.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Nov 2007 - 11:23    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Accident de Villiers-le-Bel: ouverture d'une information judiciaire
-28 novembre 2007-


Nicolas Sarkozy rend visite à un officier de police blessé lors des violences à Villiers le Bel, le 28 novembre 2007 à l'hôpital d'Eaubonne

PARIS (AFP) — Une information judiciaire contre X pour "homicides involontaires" a été officiellement ouverte mercredi après le décès de deux adolescents, dimanche à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), au lendemain d'une nuit relativement calme marquée par un déploiement policier exceptionnel.

Avant même l'annonce officielle par le parquet, le président Nicolas Sarkozy a informé les familles des deux adolescents, reçues dans la matinée à l'Elysée, de l'ouverture de cette enquête judiciaire destinée à élucider les circonstances de leurs décès.

Il a également lancé un message de fermeté à l'égard des auteurs des violences qui "ont pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires" de police et "se retrouveront devant la cour d'assises".

"Ce n'est pas quelque chose que l'on peut tolérer, quel que soit par ailleurs le drame de la mort de ces deux jeunes", a ajouté M. Sarkozy, en sortant de l'hôpital d'Eaubonne (Val d'Oise) où il est allé au chevet du commissaire divisionnaire grièvement blessé lors de la première nuit de violences.

"Une fois de plus il empiète sur le pouvoir judiciaire", a vivement réagi le secrétaire national du PS à la Justice, André Vallini: "c'est à la justice de dire si les faits incriminés relèvent de la cour d'assises ou non. (...) Ce n'est pas au président de la République de le dire par avance".

La procureure de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry, a officiellement annoncé à la mi-journée l'ouverture de l'information judiciaire contre X pour "homicides involontaires" sur les personnes de "Moshin Cehhouli, 15 ans, et Lakami Samoura, 16 ans", après l'annonce de M. Sarkozy.

"C'est une décision juste que nous saluons comme telle", s'est félicité l'un des avocats des familles, Me Jean-Pierre Mignard, car elle permettra "aux parents des victimes, à leurs avocats de participer activement à la connaissance de la vérité".

Mohsin Sehhouli et Lakamy Samoura, les jeunes gens tués dimanche dans la collision de leur moto avec une voiture de police seront enterrés respectivement au Maroc et au Sénégal, ont indiqué mercredi leurs familles.

Une marche silencieuse et une prière mortuaire seront organisées jeudi à la mi-journée à Villiers-le-Bel, au nord de Paris, en mémoire de Mohsin Sehhouli, Français dont les parents sont Marocains, a annoncé à la presse Ali Soumare, le porte-parole des familles des deux victimes.

Contrairement aux deux nuits précédentes, au cours desquelles 130 policiers environ

avaient été blessés et de nombreux bâtiments incendiés, la nuit de mardi à mercredi a été relativement calme à Villiers-le-Bel et dans les communes proches.

La contagion tant redoutée des violences , comme en novembre 2005, ne s'est pas produite.

"Quelques policiers" ont toutefois été "légèrement blessés" et "22" personnes interpellées dans le Val-d'Oise. "Il y a eu deux fois moins de bâtiments, de véhicules et de poubelles incendiés que la veille", selon la préfecture du département.

Dans toute l'Ile-de-France, 39 personnes ont été interpellées, selon la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie.

Le dispositif policier mis en place mardi soir avait été exceptionnel, avec un millier d'hommes déployés à Villiers-le-Bel, selon une source policière.

Frédéric Lagache, secrétaire national d'Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix, s'en est félicité: "nos collègues sur le terrain nous ont fait part de leur appréhension après qu'ils eurent été les cibles de tirs à Villiers. Grâce au dispositif, qui a permis de maintenir la paix et la sécurité publiques, cet état d'esprit n'était plus le même" mardi soir.

Ce déploiement sera "maintenu autant que nécessaire", a assuré mercredi Mme Alliot-Marie.

Le dispositif de sécurité renforcé mis en place mardi à Villiers-le-Bel devait être maintenu mercredi soir, a-t-on appris auprès des autorités locales.

Le Premier ministre, François Fillon, avait assuré un peu plus tôt aux députés que "l'effort" pour assurer une présence policière continuerait à Villiers-le-Bel, malgré l'amélioration de la situation.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) n'a pas établi avec précision si la voiture de police impliquée dans la collision qui a coûté la vie à deux adolescents, dimanche à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), avait été ou non déplacée ou avait fait l'objet de dégradations après l'accident, a-t-on indiqué mercredi de source policière.

Un extrait d'une vidéo, présentée comme filmée quelques minutes après la collision survenue dimanche à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) entre une voiture de police et une mini-moto, a été montré mercredi à la presse dans les locaux de la radio locale parisienne Générations 88.2.

La vidéo aurait été filmée par un vidéaste amateur à partir de 17H15-17H20, quelques minutes après l'accident signalé aux pompiers à 17H00, et durerait près d'une heure, selon François Laforestrie, directeur publicité et marketing de la radio.

Son auteur, qui souhaite rester anonyme, aurait confié à un animateur de la radio, Yassine Belattar, un montage de 5 minutes de ses rushes, qui a été montré à la presse.

L'extrait montre la voiture des policiers, dans l'état où elle a été vue et photographiée par la suite par la presse. On entend un homme dire: "c'est des preuves", "montre la voiture". Le capot tordu remonte sur la partie droite, le pare-brise est étoilé, le pare-chocs avant est arraché.

On voit également les pompiers s'affairer autour du corps des deux victimes de l'accident, et des policiers autour d'eux. Une policière demande au vidéaste de cesser de tourner, ce qu'il refuse, revendiquant le droit de le faire.

Par ailleurs, le parquet de Pontoise a ouvert mercredi une enquête de flagrance pour tentative d'homicide sur deux policiers blessés par des tirs de plomb lundi à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise), a-t-on appris de source policière.

Le maire de Villiers-le-Bel, Didier Vaillant (PS), a jugé souhaitable que sa ville "retrouve le calme" et souligné la nécessité de répondre, dans les banlieues, aux "problèmes communs à tous les maires, de gauche et de droite", notamment en matière d'emploi, de transport et de logement.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2007 - 10:04    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Tracts à Villiers-le-Bel : "Une prime à la délation"
-6 décembre 2007-



Pour Eliane Assassi, sénatrice communiste de Seine-Saint-Denis, l'appel à témoins lancé par la police pour retrouver les auteurs des coups de feu contre des policiers montre "les limites de la politique du gouvernement".

Eliane Assassi, sénatrice communiste de Seine-Saint-Denis, dénonce, mercredi 5 décembre, les conditions de l'appel à témoins lancé par tracts à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) pour retrouver les auteurs de coups de feu contre des policiers lors des violences de la fin novembre, fustigeant une "prime à la délation".
Dans un communiqué, la sénatrice explique : "Au-delà des questions éthiques évidentes posées par cette prime à la délation, cette démarche montre clairement les limites de la politique menée depuis 2002 par le gouvernement, tant sur le plan économique et social que sur celui de la sécurité".

"Une dérive à l'américaine"

Selon Eliane Assassi, "en supprimant la police de proximité", le gouvernement a "largement contribué à la situation que l'on connaît aujourd'hui dans certaines villes".
La sénatrice voit dans l'instauration d'un témoignage rémunéré "une dérive à l'américaine qui va rapidement se révéler pour ce qu'elle est: inefficace, contre-productive et dangereuse".
"Cette démarche, qui met en avant l'argent, bafoue nos principes républicains les plus sacrés" et "risque de mettre de l'huile sur le feu à peine éteint", ajoute-t-elle.

2.000 exemplaires

Mardi, la police avait lancé un appel à témoin des "coups de feu tirés contre des policiers" lors des affrontements à Villiers-le-Bel, en promettant une récompense de "plusieurs milliers d'euros". "La Police Judiciaire de Versailles recherche tout témoignage relatif aux coups de feu tirés contre des policiers au cours des soirées et des nuits du 25 au 26 et du 26 au 27 novembre 2007", déclarait le document qui a été distribué à 2.000 exemplaires depuis samedi dans les boîtes aux lettres du quartier de la ZAC (zone d'aménagement concerté) où se sont principalement déroulés les affrontements.
"Tout élément susceptible d'orienter favorablement les enquêtes en cours pourra faire l'objet d'une rémunération", ajoutait le document.

Source : nouvelobs.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 18 Fév 2008 - 10:45    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Villiers-le-Bel: 33 interpellations lors d'une vaste opération de police
-18 février 2008-


Trente-trois personnes, soupçonnées d'avoir participé aux violences contre les forces de l'ordre fin novembre 2007 à Villiers-le-Bel, ont été interpellées lundi lors d'une opération de grande ampleur qui a mobilisé près d'un millier de policiers dans cette ville du Val-d'Oise.

Trente-trois personnes, soupçonnées d'avoir participé aux violences contre les forces de l'ordre fin novembre 2007 à Villiers-le-Bel, ont été interpellées lundi lors d'une opération de grande ampleur qui a mobilisé près d'un millier de policiers dans cette ville du Val-d'Oise.

Trente-trois personnes sur les 38 "ciblées" par les enquêteurs, ont été interpellées à Villiers, Sarcelles, Gonesse et en Seine-Saint-Denis, selon un bilan de la police, peu après 08H00.

"Je n'ai jamais vu une opération de police de cette envergure", a commenté la procureure de Pontoise Marie-Thérèse de Givry devant la presse. "Je ne pense pas qu'il y aura trop de traumatisme dans la cité", celle de "derrière les murs de Monseigneur" à Villiers, cible principale des policiers.

"J'espère, a-t-elle ajouté, que les habitants comprendront que nous sommes là pour rétablir l'ordre et la paix".

Environ 1.000 policiers du RAID, de l'Office central de répression du banditisme (OCRB), de la police judiciaire de Versailles et d'Ile-de-France, notamment, ont participé à cette opération, suivie par de nombreux médias.

L'ancienne candidate PS à la présidentielle Ségolène Royal s'est insurgée contre cette "opération policière médiatisée" avant les municipales, tandis que François Bayrou, président du MoDem, a appelé à "ne pas mélanger la justice et la mise en scène".



A 6H00, des membres des CRS, du RAID et de la PJ ont pénétré dans une dizaine d'immeubles à Villiers, par petits groupes de trente, selon un journaliste de l'AFP. Quatre à cinq d'entre eux attendaient au pied de chaque immeuble, tandis que leurs collègues, dont certains portaient un bélier pour ouvrir les portes en cas de résistance, montaient dans les étages.

Ce déploiement massif s'est déroulé silencieusement. A la sortie des immeubles, ceux qui partaient à leur travail étaient éberlués de tomber nez à nez avec des policiers.

Un véhicule de la brigade de recherche et d'intervention (BRI, "anti-gang") de la PJ parisienne a servi de PC. Unique en son genre et surnommé "Robocop", il résiste aux balles et au feu.

Du 25 au 27 novembre 2007, Villiers avait connu des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre après la mort de deux adolescents lors d'une collision entre leur mini moto et une voiture de police.

Ces violences avaient fait 119 blessés parmi les policiers, dont cinq graves, selon le ministère de la Justice. Plusieurs dizaines d'entre eux avaient été blessés par du plomb et de la grenaille tirés notamment avec des fusils de chasse. Dès le premier soir, le commissaire Jean-François Illy, arrivé le premier sur les lieux de l'accident, avait été pris à partie par plusieurs dizaines de jeunes et gravement blessé.

D'importantes forces de l'ordre avaient été déployées durant plusieurs nuits pour ramener le calme.


Du 25 au 27 novembre dernier, Villiers-le-Bel avait connu des nuits d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre après la mort de deux adolescents lors d'une collision entre leur mini moto et une voiture de police.

Début décembre, la police avait distribué des tracts appelant d'éventuels témoins de "coups de feu tirés contre des policiers" à témoigner anonymement et contre une rémunération.

Selon des sources proches de l'enquête, au moins trois témoignages anonymes ont permis aux enquêteurs de cibler dans un premier temps deux frères, domiciliés à Villiers. Ils ont été surveillés, mais, selon ces mêmes sources, ces deux suspects, qui feraient partie des objectifs de l'opération de lundi matin, ont été très discrets.

A deux reprises, les enquêteurs ont programmé cette opération, mais ont préféré surseoir "en attente d'éléments nouveaux et déterminants".

"Mettez les moyens que vous voulez (...) ça ne peut pas rester impuni", avait lancé aux policiers, fin novembre, le président Nicolas Sarkozy.

Source : larep.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Fév 2008 - 14:48    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Deux nouvelles arrestations dans le dossier de Villiers-le-Bel
-19 février 2008-

PARIS (Reuters) - Deux autres suspects des violences de novembre dernier à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) ont été arrêtés, portant à 37 le nombre de personne gardées à vue dans cette affaire, apprend-on de source policière mardi.

L'un des deux nouveaux suspects, soupçonné de certains des tirs ayant visé des policiers avec des armes de chasse ou des pistolets à grenaille, a été arrêté par la police judiciaire à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), a-t-on précisé.

Selon le parquet de Pontoise, les enquêteurs disposent à l'encontre des personnes gardées à vue de témoignages anonymes, enregistrés en procédure judiciaire sous "X" comme la loi le permet depuis peu, et de dénonciations que la police prévoit de rémunérer suivant leur importance.

Aucune arme n'a été saisie en perquisition. Il n'est pas fait état de preuves matérielles à l'encontre des suspects.

Si les dossiers se limitaient à des témoignages anonymes, le traitement judiciaire de l'affaire serait délicat, les tribunaux ne se contentant ordinairement pas de tels témoignages sur des faits criminels. Les faits se sont produits dans le contexte de deux nuits de violences urbaines impliquant des dizaines, voire des centaines de jeunes gens.

Parmi les gardés à vue figure Mamadou Samoura, frère d'un des deux jeunes tués dans un choc entre une mini-moto et une voiture de police, événement à l'origine des violences de novembre à Villiers-le-Bel.

A l'issue des gardes à vue qui peuvent aller pour certaines jusqu'à quatre jours, les trois juges d'instruction chargés de l'enquête décideront ou pas de mises en examen. Entre 60 et une centaine de policiers, selon les sources, avaient été blessés lors des violences de novembre.

Aucun incident ne s'est déroulé dans la nuit de lundi à mardi autour de Villiers-le-Bel après les arrestations, dont la forte médiatisation a provoqué des critiques de l'opposition. Plusieurs centaines de CRS avaient été déployés.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Fév 2008 - 10:46    Sujet du message: [FRANCE] Une soixantaine de policiers blessés à Villiers... Répondre en citant

Villiers-Le-Bel: sept personnes mises en examen mercredi
-20 février 2008-

Sept personnes ont été mises en examen mercredi dans l'enquête sur une tentative de meurtre contre un commissaire, l'incendie de son véhicule ainsi que de bâtiments publics à Villiers-Le-Bel (Val-d'Oise) fin novembre, a annoncé mercredi à la presse la procureure de Pontoise.

Une personne a été mise en examen pour la "tentative d'homicide volontaire aggravé" contre le commissaire de Sarcelles qui avait été roué de coups après s'être rendu, le 25 novembre, sur les lieux de la collision entre une mini-moto et un véhicule de police qui avait coûté la vie à deux adolescents, a précisé Marie-Thérèse de Givry.

Deux autres personnes, dont le frère d'un des deux adolescents tués, Lakamy, 16 ans, ont été mises en examen pour la destruction par incendie du véhicule du commissaire de police.

Enfin, quatre personnes ont été mises en examen pour les incendies de la bibliothèque et d'une école de Villiers-Le-Bel le 26 novembre, lors des violences qui ont éclaté après la mort des deux adolescents, selon la procureure.

Une personne déférée devant le tribunal n'a pas été mise en examen mais a été entendue par le juge comme témoin assisté dans l'affaire de la destruction du véhicule du commissaire de police.

Huit personnes ont été relâchées dans ces deux enquêtes ayant trait à la tentative de meurtre et à l'incendie du véhicule d'un commissaire d'une part, aux incendies d'une école et d'une bibliothèque d'autre part.

Par ailleurs, dans "le dossier le plus important", selon la procureure, l'enquête sur les tirs de coups de feu contre les forces de l'ordre lors des violences à Villiers, seize personnes sont toujours gardées à vue et cinq (BIEN: cinq) ont été relâchées entre mardi soir et mercredi matin, a précisé la procureure.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)