TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[FRANCE] ...Mal-logés et démunis...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Sam 3 Nov 2007 - 15:02    Sujet du message: [FRANCE] ...Mal-logés et démunis... Répondre en citant

Mal-logés: trois blessés légers lors de l'évacuation des mères africaines à Paris
-1er novembre 2007-


Les forces de l'ordre ont évacué jeudi matin la cinquantaine de femmes africaines qui occupaient un coin de trottoir de la rue de la Banque à Paris (IIe arrondissement) pour réclamer des logements décents.

PARIS (AFP) - Trois femmes ont été légèrement blessées jeudi matin lors de l'évacuation d'une cinquantaine de mères africaines mal logées qui occupaient un coin de trottoir de la rue de la Banque à Paris (IIe arrondissement), ont indiqué la police et l'Association Droit au Logement (DAL).

Selon un porte-parole de la préfecture de police de Paris, trois personnes ont été conduites à l'hôpital de l'Hôtel Dieu, l'une souffrant au poignet, une autre à la cheville et une dernière ayant été victime d'une crise d'épilepsie.

Les blessures ont eu lieu "dans la bousculade mais les victimes n'ont pas été poussées" par les policiers et gendarmes mobiles, a assuré le porte-parole.

Selon Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du Dal, une militante du mouvement aurait aussi été blessée à l'oeil, ce que la police ne confirme pas.

Après avoir bloqué la rue avec plusieurs cars, les forces de l'ordre ont conduit ou porté, un peu plus loin, une par une ces femmes et quelques-uns de leurs enfants qui avaient passé la nuit sur ce trottoir.

En milieu de journée, la police avait bloqué l'accès à la portion de rue où les femmes avaient passé la nuit, là même où la veille, leur campement de tentes, installé depuis un mois, avait été évacué à l'aube.

Plusieurs personnalités, dont les actrices Josiane Balasko et Emmanuelle Béart sont venues apporter leur soutien.

"C'est épouvantable, ils sont exploités. Ce sont des gens qui n'ont plus rien à perdre...Ils sont en hébergement, en foyer, dans des hôtels qui sont des marchands de sommeil déguisés et ils veulent pouvoir vivre décemment", a déclaré à la presse Josiane Balasko.

Une famille paye ainsi "une chambre de 9 m2 à 2.000 euros, où il n'y a pas d'eau... Il faut vraiment gagner beaucoup d'argent. Parce que eux, payent pour leur logement et le samu social paye aussi : tous ces millions qui vont engraisser la poche de profiteurs pourraient servir à faire des logements sociaux pour tout le monde", a-t-elle ajouté.

"Ces gens là sont représentatifs de beaucoup d'autres confrontés à la crise du logement", a estimé Emmanuelle Béart

"Quelles sont les séquelles à long terme sur la scolarité de leurs enfants ? sur la possibilité pour ces femmes de continuer à travailler car elles ont toutes des papiers et elles travaillent ?", a dit l'actrice, favorable aux réquisitions des immeubles vacants.

Source : AFP.com

__________________________________________________________________________
J'ai la et les
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!


Dernière édition par Ccil le Jeu 23 Oct 2008 - 10:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Sam 3 Nov 2007 - 15:05    Sujet du message: [FRANCE] ...Mal-logés et démunis... Répondre en citant

Mal logés: échec de la réunion au ministère du Logement, réinstallation rue de la Banque
-3 novembre 2007-


Quelques dizaines de personnes se sont à nouveau installées dans la nuit de vendredi à samedi rue de la Banque à Paris où des associations notamment le Droit au logement (Dal) organisent depuis un mois un campement pour demander l'amélioration des conditions de logement.

PARIS (AFP) - Quelques dizaines de personnes se sont à nouveau installées dans la nuit de vendredi à samedi rue de la Banque à Paris où des associations notamment le Droit au logement (Dal) organisent depuis un mois un campement pour demander l'amélioration des conditions de logement.

Ces personnes, essentiellement des femmes d'origine africaine, se sont installées sur des bâches dépliées sur le trottoir devant un immeuble, lui-même occupé par le Dal et plusieurs autres organisations affirmant défendre le "droit au logement".

Au nombre d'une quarantaine à 23h00 locales, le groupe s'est progressivement accru d'une vingtaine d'autres personnes, s'abritant elles sous des couvertures de survie.

Les forces de l'ordre présentes ne sont pas intervenues.

Une délégation du DAL avait été reçue vendredi après-midi pendant plus de deux heures au ministère du Logement.

Cette rencontre, selon le Dal, n'a débouché sur rien de concret en vue du relogement des familles qui campent depuis le 3 octobre rue de la Banque (IIe) dans le centre de la capitale.

Le porte-parole du Dal, Jean-Baptiste Eyraud, avait affirmé à la presse à l'issue de l'entretien que ses interlocuteurs n'avaient pas voulu recevoir la liste des 320 familles que son association entend reloger.

Le ministère, dans un communiqué diffusé vendredi dans la soirée, a pour sa part affirmé que "M. Eyraud n'a pas remis de liste (...) mais a accepté le principe d'en remettre une globale avec une typologie des diverses situations de familles".

Les forces de l'ordre sont déjà intervenues au moins à quatre reprises pour déloger les "campeurs" qui sont, jusqu'à présent, à chaque fois revenus quelques heures plus tard.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Nov 2007 - 09:29    Sujet du message: [FRANCE] ...Mal-logés et démunis... Répondre en citant

Un mois de lutte pour les mal-logés de la rue de la Banque
-3 novembre 2007-

PARIS (Reuters) - Un mois après le début de leur action, les mal-logés de la rue de la Banque à Paris poursuivent leur bras de fer avec les autorités françaises pour obtenir des solutions concrètes de relogement.

"On ne bouge pas d'ici tant que le gouvernement ne nous reloge pas", a déclaré samedi sur France info un porte-parole des 300 personnes concernées, en majorité des femmes d'origine africaine.

"Un dialogue ne se fait pas sous la pression policière", a expliqué pour sa part Jean-Baptiste Eyrault, le président de l'association Droit au logement (DAL), au lendemain d'une rencontre infructueuse au ministère du Logement.

Expulsées jeudi pour la énième fois par les forces de l'ordre, quelques dizaines de personnes se sont à nouveau installées dans la nuit de vendredi à samedi rue de la Banque, près d'un immeuble squatté depuis fin 2006 par des associations et rebaptisé "ministère de la crise du logement".

"La rencontre avec le ministère n'a pas donné grand chose. C'est la négociation des tout petits pas", avait déclaré vendredi soir Jean-Baptiste Eyraud après sa rencontre avec le directeur de cabinet de Christine Boutin.

Le ministère a souligné que l'association ne lui avait pas remis la liste des personnes réclamant un accès prioritaire à un logement. Cette liste permettra de déterminer qui pourra bénéficier de la loi sur le droit au logement opposable, qui prendra effet le 1er janvier.

GESTICULATION MÉDIATIQUE ?

"On va travailler sur une présentation des différentes situations", a précisé Jean-Baptiste Eyraud, soulignant qu'"il va falloir que le gouvernement, que le ministère, se positionne sur les propositions de relogement qu'il pourra offrir".

Les familles de la rue de la Banque sont hébergées à l'hôtel dans des conditions qu'elles jugent inacceptables ou chez des tiers et demandent un logement durable.

Christine Boutin assure qu'elle s'emploie à mettre en oeuvre le plus rapidement possible la loi du droit au Logement opposable "afin que toutes les personnes qui sont dans la situation d'attente" et qui sont "prioritaires selon les critères de la loi Dalo puissent effectivement en obtenir un."

Mais la ministre du Logement refuser de "tolérer que des campements s'installent dans Paris", affirmant qu'elle ne se laisserait "influencer par aucune gesticulation médiatique" de la part de personnalités "totalement incompétentes sur les questions du logement."

Les familles ont reçu dans la semaine la visite et le soutien des comédiens Josiane Balasko, Emmanuelle Béart, Gérard Depardieu, Guy Bedos et Richard Bohringer, et de l'association "Les Enfants de Don Quichotte", à l'origine du camp de tentes du Canal Saint-Martin, à Paris, en décembre 2006.

Le gouvernement semble avoir usé de la manière forte rue de la Banque pour éviter précisément l'installation d'un campement semblable à celui de l'an dernier, qui avait focalisé l'attention sur la question des mal-logés.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Oct 2008 - 10:11    Sujet du message: [FRANCE] ...Mal-logés et démunis... Répondre en citant

Augustin Legrand, enfant prodigue des Don Quichotte
-22 octobre 2008-


Les enfants de Don Quichotte sont de retour. Dans la rue et, sur les écrans de cinéma. La figure emblématique de l’association, Augustin Legrand, co-réalise avec Mathieu Kassovitz un film documentaire sur les coulisses de l’action en faveur des défavorisés (Enfants de Don Quichotte Acte I). Un long métrage engagé présenté comme un acte de résistance.

A l’origine, un coup médiatique réussi durant l’hiver 2006-2007. Augustin Legrand et ses amis établissent un campement de tentes pour sans-abri, canal Saint-Martin à Paris. L’action est récompensée quelques mois plus tard par l’adoption de la loi di Dalo (droit au logement opposable).

Une avancée mais pas une réalité. Dans son film, Augustin Legrand dresse surtout la liste des promesses non tenues. En décembre 2006 Nicolas Sarkozy déclarait: « Je veux, si je suis élu, que d’ici deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir. » A l’échéance fatidique, le constat est sévère. Augustin Legrand n’épargne pas le Chef de l’Etat. « Nous n’existons pas pour Nicolas Sarkozy qui, durant sa campagne, avait pourtant repris nos arguments. Avec un collectif d’associations, on s’est entretenu trois fois avec François Fillon en un an. La dernière, c’était il y a quinze jours. Ses conseillers nous disent qu’ils ne sont pas entendus par l’Elysée. »

Christine Boutin n’est pas épargnée. « On demande de vrais investissements, pas des rallonges pour faire du rafistolage. Dans le projet de loi sur le logement de la ministre actuellement examiné au Sénat, le logement très social n’est pas là. Les centres d’hébergement restent saturés. Des demandes sont refusées tous les soirs. Le budget 2009 consacré au logement est en baisse de 7 %. Pour les SDF, c’est la crise tous les jours. »

Dans un entretien accordé au JDD Augustin Legrand rappelle que « Christine Boutin est venue sur le canal les larmes aux yeux en disant que notre cause était la sienne depuis quinze ans, qu’elle portait ce combat depuis longtemps à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, elle est ministre et prétend avoir les moyens d’agir alors que le budget du logement est sacrifié. »

Celui qu’on qualifie de porte-voix des SDF conserve une mauvaise image des politiques. Toujours dans les colonnes du JDD, il confie qu’il y a eu des moments terribles « comme celui où j’ai réalisé que j’avais été piégé par Jean-Louis Borloo. Il m’a poussé à communiquer à la place de son ministère sur son plan d’action en faveur des sans-abri. J’aurais dû le laisser faire les annonces lui-même. C’est une erreur de ma part et en même temps la preuve de ma sincérité. »

L’intermittent du spectacle a conscience que la réussite de ses actions dépend de leur médiatisation. En décembre 2007, l’installation de tentes près de Notre-Dame se solde par un échec. « Alors qu’en 2006, les médias nous ont aidés en relayant notre action, ils s’en sont désintéressés l’année d’après. Pourquoi? Parce que le jour où on se fait évacuer, Nicolas Sarkozy présente Carla Bruni à Eurodisney. Résultat, au lieu de faire les titres des journaux télé, on se retrouve relégués en fin d’édition. »

Les échecs ne lui font pas baisser les bras mais sont au contraire l’occasion de se remettre en question et de faire mieux. « On n’obtiendra rien sans action. Il y a deux ans, il n’y avait que 300 tentes. Trois mille tentes, c’est demain envisageable, il y a 3 millions de mal-logés en France… Comme les promesses ne sont pas tenues, on va être beaucoup plus structuré qu’avant. »

Comédien de profession, Augustin veut se servir du 7ème art pour défendre ceux qui n’ont rien et attaquer ceux qui ne font rien. De la charité-tendresse qui tranche avec la charité business qui tend à se développer depuis quelques années. Tous les bénéfices du film seront reversés à l’association, pour tourner l’acte 2 mais aussi, pour acheter des tentes, à monter des baraquements pour lancer de nouveaux campements cet hiver et mettre à l’abri les SDF.

Malgré les difficultés, le fils spirituel de l’Abbè Pierre conserve la foi chevillée au corps. « Je crois que l’action collective de toutes les associations a fait évoluer leur état d’esprit. Maintenant, les mal-logés savent que l’Etat est responsable, ils sont moins ignorants de leurs droits. Ils ont moins tendance à penser que tout est de leur faute. Il y a une révolte qui commence à naître chez eux, une révolte du bon sens, de l’intelligence. Au-delà du cas des SDF, je crois que le combat a sensibilisé l’opinion publique sur la crise du logement. Les médias en parlent plus. Les gens ont l’espoir que de nouvelles politiques publiques soient possibles. C’est une guerre d’usure contre la misère qui a été lancée. »

Source : jdd.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)