TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Oct 2007 - 20:51    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Somalie: Mogadiscio ravagée par les combats, des civils prennent la fuite
-28 octobre 2007-


La capitale somalienne Mogadiscio était en proie au chaos dimanche, ravagée par de nouveaux combats qui poussaient les civils à prendre la fuite, tandis que des centaines de manifestants ont défilé contre la présence éthiopienne en Somalie.

MOGADISCIO (AFP) - La capitale somalienne Mogadiscio était en proie au chaos dimanche, ravagée par de nouveaux combats qui poussaient les civils à prendre la fuite, tandis que des soldats éthiopiens ont tiré sur des manifestants, tuant trois d'entre eux.

Les forces gouvernementales somaliennes et les insurgés islamistes s'affrontaient en plein jour dans le sud de la ville, pour la deuxième journée consécutive, ont indiqué des témoins.

"Je vois des insurgés qui scandent "Allahu Akbar (Dieu est grand), ils sont accroupis juste devant ma porte, et des forces somaliennes dans des blindés qui ouvrent le feu", a décrit à l'AFP Anab Ali, un habitant du quartier de Hodan, dans le sud de la capitale.

La veille, six civils avaient été tués dans des combats opposant les islamistes aux forces somaliennes et éthiopiennes.

Terrorisés par cette nouvelle éruption de violence, des centaines de civils tentaient de prendre la fuite, chargeant leurs affaires dans des pick-up ou à dos d'âne.

"Personne ne peut supporter ce qui ce passe à Mogadiscio, cette violence sans interruption, qui fait des centaines de morts chaque semaine", a déclaré à l'AFP Abdurahman Nure, un habitant du sud de la ville, qui s'enfuyait avec ses enfants à bord d'un véhicule Land Cruiser.

Depuis la chute au début de l'année des tribunaux islamiques, chassés des régions qu'ils contrôlaient par les forces gouvernementales appuyées par l'armée éthiopienne, la violence est allée en s'accroissant dans la capitale somalienne. Les civils sont les principales victimes.

"Les insurgés (notamment des islamistes, NDLR) attaquent le gouvernement et les forces éthiopiennes presque chaque jour désormais", a expliqué Fartun Adan Mohamed, une mère de trois enfants, qui tentait elle aussi de quitter la ville.

"A chaque fois, nous, les civils, sommes la cible de l'armée éthiopienne et des forces somaliennes, et fuir est notre seule option", a-t-elle ajouté.

La violence, qui se déroulait principalement la nuit jusqu'à récemment, se déchaîne aussi de jour désormais, rendant certains quartiers de la capitale invivables.

Un journaliste de l'AFP a constaté que des centaines de civils quittaient dimanche les zones d'Ali Kamin et de Hamar-Jadid, dans le sud de Mogadiscio.

Dans ce contexte, des centaines de personnes ont défilé dimanche dans les rues de la capitale pour protester contre la présence éthiopienne, aux cris de "A bas l'Ethiopie! A bas le gouvernement somalien!", mais la manifestation s'est achevée dans le sang.

Les forces éthiopiennes ont ouvert le feu et tué trois personnes, selon des témoins.

"Un jeune garçon et deux autres civils ont été tués quand les forces éthiopiennes ont ouvert le feu. Nous étions en train de manifester contre eux et ils ont tiré pour disperser la foule", a déclaré à l'AFP un des manifestants, Hussein Adan Suley.

"Nous avons couru lorsque les Ethiopiens ont tiré. Je sais qu'un enfant a été tué", a déclaré un autre témoin, Asma Wardhere.

Un officier de police parlant sous le couvert de l'anonymat a confirmé que trois personnes avaient été tuées lors de cette manifestation.

Cet officier a également indiqué que deux autres personnes avaient été tuées par ailleurs: un homme, abattu dans la zone du marché de Bakara par des inconnus, et un policier, tué dans des circonstances qui n'ont pas été dévoilées.

Côté politique, le gouvernement de transition somalien, déjà très affaibli, semblait sur le point de se désintégrer.

A Baïdoa, à 250 km au nord ouest de Mogadiscio, le président Abdullahi Youssouf Ahmed exhortait les députés à limoger le Premier ministre Ali Mohamed Gedi, avec qui il est en conflit.

La Somalie, pays pauvre de la Corne de l'Afrique, est ravagée par une guerre civile depuis 1991.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 29 Oct 2007 - 09:45    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Somalie: Mogadiscio dans le chaos, démission du premier ministre
-29 octobre 2007-

MOGADISCIO (AFP) - Le Premier ministre du gouvernement de transition somalien, Ali Mohamed Gedi, a présenté lundi sa démission au président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed, a indiqué à l'AFP un haut responsable de la présidence somalienne.

Mogadiscio était en proie au chaos dimanche, ravagée par de nouveaux combats qui poussaient les civils à prendre la fuite, tandis que des soldats éthiopiens ont tiré sur des manifestants, tuant trois d'entre eux.

Les autorités ont demandé aux civils d'évacuer le quartier de Bakara dans le sud de Mogadiscio, menaçant d'accroître la répression contre les zones tenues par les rebelles.

Les forces gouvernementales somaliennes et les insurgés islamistes se sont affrontées en plein jour dans le sud de la ville, pour la deuxième journée consécutive, selon des témoins.

"Je vois des insurgés qui scandent "Allah Akbar (Dieu est grand), ils sont accroupis juste devant ma porte, et des forces somaliennes dans des blindés qui ouvrent le feu", a raconté Anab Ali, un habitant du quartier de Hodan, dans le sud de Mogadiscio.

La veille, six civils avaient été tués dans des combats opposant islamistes et forces somaliennes et éthiopiennes.

Terrorisés par cette nouvelle éruption de violence, des centaines de civils tentaient de s'enfuir, chargeant leurs affaires dans des pick-up ou à dos d'âne.

"Personne ne peut supporter ce qui ce passe à Mogadiscio, cette violence sans interruption, qui fait des centaines de morts chaque semaine", a déclaré Abdurahman Nure, un habitant de Mogadiscio, qui s'enfuyait avec ses enfants.

Le représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Ahmedou Ould Abdallah, a condamné dimanche soir cette nouvelle flambée de violences.

"Les Somaliens sont livrés à eux mêmes (...). L'élite des Somaliens n'est pas prête à accepter des étrangers chez eux", a-t-il déclaré, attribuant le chaos somalien à l'"absence de présence internationale crédible dans le pays".

"C'est comme cela qu'on tue et qu'on déplace des populations à huis clos (...). Il faut changer d'approche, de méthode, d'action, sinon on est complice du drame", a affirmé l'envoyé de l'ONU, interrogé depuis Dakar par la chaîne de télévision France 24.

Depuis la chute début 2007 des tribunaux islamiques, chassés des régions qu'ils contrôlaient par les forces gouvernementales appuyées par l'armée éthiopienne, la violence est allée en s'accroissant à Mogadiscio. Les civils sont les principales victimes.

"Les insurgés (notamment des islamistes, ndlr) attaquent le gouvernement et les forces éthiopiennes presque chaque jour désormais", a expliqué Fartun Adan Mohamed, mère de trois enfants, qui tentait elle aussi de fuir.

"A chaque fois, nous, les civils, sommes la cible de l'armée éthiopienne et des forces somaliennes, et fuir est notre seule option", a-t-elle ajouté.

La violence, qui se déroulait principalement la nuit jusqu'à récemment, se déchaîne aussi de jour, rendant certains quartiers de la capitale invivables.

Un journaliste de l'AFP a constaté que des centaines de civils quittaient dimanche les zones d'Ali Kamin et de Hamar-Jadid, dans le sud de Mogadiscio.

Des centaines de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Mogadiscio pour protester contre la présence éthiopienne, aux cris de "A bas l'Ethiopie! A bas le gouvernement somalien!", mais la manifestation s'est achevée dans le sang.

Les forces éthiopiennes ont ouvert le feu et tué trois personnes, selon des témoins.

"Un jeune garçon et deux autres civils ont été tués quand les forces éthiopiennes ont ouvert le feu. Nous étions en train de manifester contre eux et ils ont tiré pour disperser la foule", a déclaré à l'AFP un des manifestants, Hussein Adan Suley.

Un policier a indiqué que deux autres personnes avaient été tuées par ailleurs: un homme, abattu dans le quartier très dangereux de Bakara par des inconnus, et un policier, tué dans des circonstances non dévoilées.

Des manifestants ont aussi incendié un commissariat, le deuxième en deux jours dans le sud de Mogadiscio, a déclaré le maire de la ville, Mohamed Omar Habeb, qui a appelé les civils de Bakara à quitter le quartier où il a annoncé que les forces de sécurité allaient venir "pourchasser les insurgés".

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Oct 2007 - 09:33    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Retour du chaos à Mogadiscio, où la guérilla intensifie ses attaques contre l'armée éthiopienne
-29 octobre 2007-


Des affrontements dans les rues de Mogadiscio (Somalie), le 28 octobre 2007.

Préparés depuis de longues semaines, des combats ont à nouveau éclaté à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, entre insurgés et forces de l'armée éthiopienne, qui appuient le Gouvernement fédéral de transition (TFG).

Dimanche 28 octobre, au deuxième jour d'affrontements, les forces éthiopiennes ont entrepris de vider totalement le grand marché de Bakara, poumon économique de la ville, déjà en partie ravagé au début du mois par un incendie déclenché par des combats.

Parallèlement, des troupes d'Addis-Abeba, appuyées par des blindés, ont mené des opérations dans plusieurs zones de la capitale, engagées dans des combats rapprochés au milieu des quartiers avec les insurgés.

Dimanche, les troupes éthiopiennes déployées dans plusieurs points de Mogadiscio, dont elles espèrent chasser les insurgés, ont aussi fait face à une manifestation composée essentiellement de femmes et d'enfants.

En chantant "A bas l'Ethiopie, à bas le gouvernement somalien", les manifestants ont allumé des feux avec des pneus et tenté d'ériger des barricades. La manifestation a été dispersée dans le sang lorsque les soldats ont ouvert le feu, tuant et blessant un nombre indéterminé de participants.


COMBATTANTS ISLAMISTES


Aux abords du stade, du carrefour Ali-Kamin ou dans d'autres secteurs du sud de Mogadiscio, des chars et des blindés ont été déployés face à des insurgés équipés d'armes lourdes, parmi lesquels la proportion de combattants islamistes a augmenté, aux dépens des milices de clans ou de groupes armés à la solde "d'hommes d'affaires".

"Je vois des insurgés qui scandent Allahou Akbar (Dieu est grand) - ils sont accroupis juste devant ma porte - et des forces somaliennes dans des blindés qui ouvrent le feu", a raconté au téléphone à l'Agence France-Presse Anab Ali, un habitant du quartier de Hodan, dans le sud de la ville.

En prévision d'une intensification des combats, des groupes djihadistes, encadrés par les chefs de la tendance la plus dure en Somalie, la nébuleuse regroupant les ex-shababs (jeunes), avaient massé au cours des deux derniers mois de nouveaux combattants à Mogadiscio, où ils avaient également pu se faire livrer des armes.

Les habitants de la capitale qui le peuvent tentent de fuir par n'importe quel moyen. Mais dans les quartiers touchés par les combats, les corps des civils tués par les éclats ou les balles perdues gisent sur le sol, nul ne pouvant s'exposer aux tirs pour les enterrer.

Le nombre de Somaliens dépendant désormais de l'aide humanitaire a atteint, au mois d'octobre, le chiffre record de 1,5 million de personnes, le double de celui de janvier.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Ven 9 Nov 2007 - 18:27    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Nouveaux combats à Mogadiscio, des corps jonchent les rues
-9 novembre 2007-


Des corps jonchent les rues de Mogadiscio après une nouvelle flambée de violences entre troupes éthiopiennes et insurgés islamistes.

MOGADISCIO (Reuters) - De nombreux corps jonchaient vendredi les rues de Mogadiscio après une nouvelle flambée de combats entre troupes éthiopiennes et insurgés islamistes, selon des témoins.

Selon des médias et des habitants de la capitale somalienne, plus d'une quarantaine de personnes ont été tuées depuis 48 heures dans ce nouvel accès de violence.

Un obus de mortier éthiopien s'est écrasé vendredi sur le marché populeux de Bakara, tuant huit civils et dispersant des morceaux de leurs corps alentour.

Dans le quartier de Ska Holaha, un fief islamiste du nord de la capitale où les insurgés ont traîné jeudi dans les rues les corps de soldats éthiopiens, on a dénombré une douzaine d'autres cadavres, dont ceux de deux femmes.

Des habitants ont accusé l'armée éthiopienne de pilonner aveuglément à l'arme lourde les positions islamistes dans des quartiers peuplés. Au moins 43 corps ont été retrouvés vendredi dans les zones les plus touchées par les combats, rapporte une radio locale.

Jeudi, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a estimé ni réaliste ni viable de déployer des casques bleus dans la capitale somalienne comme le gouvernement intérimaire somalien le souhaiterait.

Il a fait valoir que l'insécurité qui y règne avait même empêché l'organisation mondiale d'y dépêcher une équipe d'évaluation technique.

Grâce à l'appui du corps expéditionnaire éthiopien, le gouvernement intérimaire somalien a chassé au début de l'année le pouvoir mis en place début 2006 par les milices islamiques.

Mais, depuis, il fait face à une guérilla islamiste de style irakien qui multiplie coups de mains, attentats à la bombe et assassinats.

Des centaines de milliers d'habitants de Mogadiscio ont fui ces violences qui compliquent les opérations d'aide humanitaire, dont un million et demi de Somaliens dépendent selon des chiffres de l'Onu.

Ban Ki-moon s'est prononcé pour une accélération du déploiement des 8.000 soldats de l'Union africaine censés prendre le relais des forces éthiopiennes.

Seuls 1.600 soldats ougandais sont pour le moment à pied d'oeuvre. Il doivent recevoir ce mois-ci le renfort d'un contingent rwandais.

Le refus de Ban d'envisager le déploiement de casques bleus a été dénoncé par le puissant clan Hawiye, qui accuse l'Onu et les organisations humanitaires de rester passives devant les "massacres" éthiopiens.

Source : reuters.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 12 Nov 2007 - 12:17    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Somalie: les forces loyalistes lancent une opération de recherche d'armes à Mogadiscio
-12 novembre 2007-


Les forces gouvernementales somaliennes et l'armée éthiopienne ont lancé lundi une opération de ratissage dans le quartier du grand marché de Mogadiscio, à la recherche d'armes après les combats meurtriers de la semaine dernière avec les insurgés.

MOGADISCIO (AFP) - Les forces gouvernementales somaliennes et l'armée éthiopienne ont lancé lundi une opération de ratissage dans le quartier du grand marché de Mogadiscio, à la recherche d'armes après les combats meurtriers de la semaine dernière avec les insurgés.

Les perquisitions sont menées maison par maison alors que le marché de Bakara a été fermé dimanche, a déclaré lundi le maire de la capitale somalienne, Mohamed Omar Habeb.

"Quiconque sera absent des lieux sera considéré comme se cachant (...) L'opération durera une semaine", a-t-il ajouté.

Aucun tir n'était entendu lundi matin à Mogadiscio, où les insurgés, qui comptent dans leurs rangs des combattants islamistes, avaient bombardé dimanche des positions proches du palais présidentiel.

Le quartier de Bakara, dans le sud de la capitale, avait été déserté dimanche par l'essentiel de sa population.

Des milliers de civils ont cherché refuge dans des endroits préservés de la violence, après les derniers affrontements - les pires depuis une vaste opération de l'armée éthiopienne en avril - qui ont fait 59 morts jeudi et vendredi, selon une estimation de l'AFP établie sur la base de témoignages.

Lundi matin, des commerçants ont réaffirmé qu'il n'y avait pas d'armes cachées dans les multiples boutiques de Bakara.

Bakara abritait jusqu'il y a quelque mois le marché aux armes de Mogadiscio, où fusils d'assaut, mitrailleuses ou pièces d'artillerie étaient en vente libre depuis que le pays a sombré dans le chaos avec le début de la guerre civile en 1991.

"Je ne pense pas qu'il y ait des armes dans le marché, mais laissons les vérifier", a réagi le président des commerçants du quartier, Ali Mohamed Siad. "Nous avons besoin que le gouvernement assure la sécurité de nos activités."

Selon des responsables du clan hawiye, dominant à Mogadiscio et dont sont issus la grande majorité des insurgés, les forces de sécurité ont également arrêtés des personnalités du clan, dans le cadre des opérations de répression de l'insurrection.

Le porte-parole du clan, Ahmed Diriye, deux de ses fils et un autre chef traditionnel, ont été interpellés dimanche, selon le président de l'association des chefs coutumiers hawyie, Mohamed Hassan Haad. "Nous demandons leur libération immédiate (...) Ils n'ont fait rien de mal."

L'arrêt des activités du marché va aggraver la crise humanitaire d'une population qui est la première victime des affrontements, en compliquant le ravitaillement de la ville.

Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), près de 90.000 personnes avaient déjà fui Mogadiscio ou avaient été déplacées dans la ville au cours des combats des deux dernières semaines et les localités proches de la capitale ont du mal à faire face à l'afflux des déplacés.

En plus des conséquences de la guerre, les Somaliens sont confrontés à une crise agricole.

La plus riche région agricole du pays, Shabelle, vient de souffrir de sa pire récolte en treize ans. Les organisations humanitaires ont averti que la vie de milliers d'enfants était menacée par les pénuries alimentaires.

Fin 2006, l'armée éthiopienne est intervenue aux côtés des forces du gouvernement somalien, lui permettant de mettre en déroute les forces des tribunaux islamiques, qui avaient pris le contrôle pendant quelques mois de la majeure partie du centre et du sud du pays.

Depuis, l'impasse politique est totale. L'opposition à dominante islamiste exclut toute discussion avec le gouvernement du président Abdullahi Yusuf Ahmed.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Sam 17 Nov 2007 - 17:55    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

469 civils tués à Mogadiscio depuis début octobre, selon une ONG
-17 novembre 2007-


Enterrement d'une victime d'affrontements entre les soldats éthiopiens et les rebelles islamistes dans un village au sud de Mogadiscio, en Somalie.

MOGADISCIO (Reuters) - Les combats entre les rebelles islamistes et les forces gouvernementales somaliennes, appuyées par des soldats éthiopiens, ont causé la mort de 469 civils depuis début octobre à Mogadiscio, la capitale, selon un groupe local de défense des droits de l'homme.

"Le bilan s'élève à 155 civils tués en octobre et à 314 jusqu'ici en novembre", a dit samedi à Reuters Sudani Ali Ahmed, qui dirige l'"Elman Peace and Human Rights Organisation".

Depuis début octobre, 840 habitants de la capitale somalienne ont en outre été blessés dans les affrontements, a-t-il ajouté.

Source : reuters.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Jan 2008 - 10:25    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

La Somalie encore pire que le Darfour, déclare le HCR
-29 janvier 2008-


Dans le camp Hawa Abdi, près de la capitale somalienne Mogadiscio.

LONDRES (Reuters) - Le niveau de malnutrition et les difficultés d'acheminement de l'aide font de la Somalie la crise humanitaire la plus urgente au monde, a estimé mardi à Londres un responsable du Haut-Commissariat de l'Onu pour les Réfugiés.

"Je n'avais encore jamais vu une situation comparable à celle de la Somalie", a déclaré à la presse Guillermo Bettocchi. "La situation est très grave. Il s'agit de l'urgence humanitaire plus urgente dans le monde aujourd'hui - c'est même pire que le Darfour soudanais".

La guerre civile s'est traduite par le déplacement forcé de plus d'un million de personnes dans l'ancienne colonie italienne de la Corne de l'Afrique où le gouvernement de transition, aidé par l'armée éthiopienne, est confronté depuis un an à une guérilla islamiste.

Selon le responsable du HCR, 15% de la population souffre de malnutrition aiguë et les services de base (eau, hébergement, etc...) et de santé sont très précaires.

Le pays, où l'Etat de droit n'existe plus de même que toute autorité centrale, est livré à l'anarchie depuis le renversement, il y a 17 ans, du président Mohamed Siad Barré.

Source : reuters.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Mar 2008 - 17:06    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

De 20 à 30 morts après les tirs éthiopiens à Bakara, en Somalie
-30 mars 2008-


Une vingtaine, peut-être même une trentaine, de civils ont été tués et une cinquantaine d'autres blessés lorsque l'armée éthiopienne a ouvert le feu à l'arme lourde contre le grand marché populeux de Bakara, à Mogadiscio, rapportent dimanche des témoins du carnage de la veille.

MOGADISCIO (Reuters) - Une vingtaine, peut-être même une trentaine, de civils ont été tués et une cinquantaine d'autres blessés lorsque l'armée éthiopienne a ouvert le feu à l'arme lourde contre le grand marché populeux de Bakara, à Mogadiscio, rapportent dimanche des témoins du carnage de la veille.

Les militaires éthiopiens ripostaient ainsi à une attaque au mortier des insurgés islamistes somaliens contre la Villa Somalia, siège de la présidence fédérale de transition du pays, où se trouvaient alors le président Abdoulahi Youssouf et le ministre éthiopien des Affaires étrangères Seyoum Mesfin. Les deux hommes et leurs entourages sont indemnes.

Abdi Hussein, un vendeur ambulant de 25 ans, proposait une paire de lunettes de soleil à un client lorsque les obus ont plu autour de lui. "J'ai eu les jambes criblées d'éclats. Trois personnes autour de moi sont mortes sur le coup. Mon client perdu une jambe", a-t-il raconté à Reuters dans la cour de l'hôpital Madina, où une infirmière soignait ses jambes à l'ombre d'un arbre.

Au marché des cambistes de Bakara, sept personnes ont été tuées aussi sur le coup. Quatre autres civils ont péri au marché des légumes. Un autre blessé soigné à Madina, Ahmed Nour Botan, qui a eu la chance dans son malheur de trouver un lit disponible, raconte avoir vu deux personnes à quelques mètres de lui être déchiquetées par les éclats des obus tirés de la présidence située sur une colline en aplomb du marché.

Ali Moalim Adde, le directeur adjoint de l'hôpital, rapporte que deux blessés ont succombé durant leur transfert et quatre autres ont trouvé la mort sur la table d'opération. Une cinquantaine de blessés ont été admis à l'hôpital, où le personne est débordé.

NID D'ISLAMISTES

Le bombardement du marché, selon tous ces témoignages, a fait au moins 20 morts mais un négociant en vue de Bakara, qui bourdonnait d'activité à ce moment-là de la journée et de la semaine, estime que le bilan est beaucoup plus lourd. Ali Mohamed Siad estime à 28 le nombre de tués - commerçants, clients ou manutentionnaires.

"Nous croyons que les troupes éthiopiennes ont pris délibérément pour cible Bakara", a déclaré Siad à Reuters, en rappelant que les négociants du grand marché en plein air se sont pourtant acquis les services de gardes privés pour empêcher les islamistes de l'utiliser comme base de leurs attaques contre les forces somalo-éthiopiennes.

Le gouvernement fédéral de transition somalien, que l'armée éthopienne a installé en décembre à Mogadiscio après en avoir chassé un éphémère régime de tribunaux islamiques, considère comme un nid d'islamistes ce marché notoirement connu pour la profusion des armes que l'on y trouve.

Le gouvernement de Youssouf est reconnu par les Nations unies et l'Union africaine. Les chabaab, ces milices de jeunes islamistes armés qui conduisent l'insurrection contre le régime à coups d'attaques d'artillerie, d'assassinats et d'attentats suicide sont accusés par Washington d'être liées à Al Qaïda.

Six mille cinq cents personnes ont été tuées l'an dernier dans les violences, rien qu'à Mogadiscio, qui se vide de sa population civile au rythme de 20.000 personnes par mois, créant selon les agences d'aide internationale une crise humanitaire croissante: plus d'un million de Somaliens sont des réfugiés intérieurs.

Source : reuters.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 21 Avr 2008 - 08:34    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Somalie: nouveaux combats à Mogadiscio, 25 morts en deux jours
-20 avril 2008-

Deux soldats somaliens et un civil ont été tués dans des combats à Mogadiscio dans la nuit de samedi à dimanche, et quatre civils ont succombé à leurs blessures, portant le bilan des affrontements du week-end à 25 morts, ont indiqué dimanche des témoins et des sources médicales.

Des insurgés islamistes ont pris en embuscade un véhicule des forces de sécurité dans le quartier de Madina dans la capitale somalienne, tuant deux soldats et un commerçant, touché lors d'échanges de tirs, dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué à l'AFP un témoin, Husein Mohamed.

Un autre témoin a fourni le même bilan. Selon lui, le fourgon pick-up qui transportait des militaires a été attaqué par un important groupe d'insurgés armés qui ont notamment fait usage de grenades.

Quatre personnes hospitalisées ont également succombé à leurs blessures, au lendemain d'une journée d'affrontements intenses opposant les insurgés islamistes aux troupes éthiopiennes et somaliennes, à Mogadiscio.

Dix-huit personnes, en majorité des civils, y avaient trouvé la mort samedi et au moins 93 blessés avaient été hospitalisés.

"Nous avons reçu 51 civils blessés dont deux sont morts, une femme et un jeune garçon", a précisé Husein Gutale, directeur de l'hôpital Deynile à Mogadiscio.

Dahir Dhere, directeur adjoint de l'hôpital Madina, a indiqué que deux civils, sur les six admis samedi dans son établissement, étaient morts.

Trente-six autres blessés avaient été transportés à l'hôpital Keysaney.

La journée de samedi a notamment été marquée par un drame dans un restaurant bondé: cinq civils sont morts quand un obus d'artillerie a atterri dans le petit établissement où mangeaient des familles.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et sa capitale est le théâtre d'attaques quasi quotidiennes depuis la débâcle des islamistes, en décembre 2006-janvier 2007, qui avaient perdu les régions sous leur contrôle après une offensive des forces éthiopiennes venues soutenir le gouvernement somalien.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Aoû 2008 - 10:24    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

Somalie: explosion parmi des balayeuses de rue à Mogadiscio, au moins 20 morts
-3 aout 2008-


Une femme grièvement blessée le 3 août 2008 à Mogadiscio

MOGADISCIO (AFP) — Une vingtaine de personnes, majoritairement des femmes, qui balayaient les rues de Mogadiscio, ont été tuées dimanche par une bombe, tandis que la Somalie où cinq nouveaux ministres ont été nommés fait face à une crise après la démission massive des membres du gouvernement.

L'explosion d'une bombe s'est produite dans le quartier K4 du sud de Mogadiscio où plusieurs dizaines de femmes étaient employées par des associations locales à nettoyer les rues, laissant des scènes de carnage sur la chaussée.

"Elles étaient en train de balayer la rue quand une énorme explosion a secoué tout le quartier. J'ai compté jusqu'à quinze corps, pour la plupart des femmes déchirées en morceaux", a affirmé à l'AFP Hasan Abdi Mohamed, un témoin.

Selon ce témoin, une quarantaine de personnes ont été blessées.

"Le nombre de victimes ne cessent de grimper", a assuré un autre témoin, Ali Hasan Adan, alors que des habitants s'efforçaient d'organiser les secours et de transférer les blessés à l'hôpital.

"Il y a environ quinze morts pour le moment et un grand nombre de blessés mais je ne sais pas combien", a ajouté ce second témoin. "Il y a du sang partout, des morts, des blessés dans toute la rue", a-t-il ajouté.

"Je n'ai jamais vu un tel carnage, d'après ce que j'ai pu voir, ce sont toutes des femmes qui nettoyaient le quartier", a-t-il poursuivi.

A l'hôpital Medina, le docteur Dahir Mohamed Mohamoud a indiqué à l'AFP que 47 blessés avaient été admis, dont cinq étaient décédés de leurs blessures, ce qui porterait le bilan à au moins vingt morts.

"C'est le plus grand nombre de victimes civiles que nous recevons en un seul incident depuis plusieurs semaines", a expliqué le médecin.

Aucune revendication n'a été enregistrée, mais ce type d'attentats est généralement attribué par les autorités aux militants islamistes qui entretiennent un climat d'insécurité depuis qu'ils ont été chassés du pouvoir fin 2006 lors d'une intervention des troupes éthiopiennes, venues soutenir le gouvernement de transition somalien.

Le quartier où s'est produit l'explosion est fréquemment le théâtre d'attaques d'insurgés contre les forces éthiopiennes et les soldats somaliens.

Le gouvernement somalien avait conclu en juin, sous l'égide de l'ONU, une trêve avec une partie de l'opposition islamiste, dénoncée cette semaine par les insurgés du mouvement des Shebab.

Un cessez-le-feu aurait dû intervenir le 9 juillet, pour une période initiale de trois mois, mais l'accord a divisé l'opposition, la frange la plus dure insistant pour que les troupes éthiopiennes quittent le pays avant le début des négociations.

Les combats entre insurgés et troupes éthiopiennes et du gouvernement, quasi quotidiens depuis plusieurs mois, se sont poursuivis dans toute la Somalie, en guerre civile depuis la chute de l'ancien président Mohammed Siad Barre en 1991. Depuis, plus d'une dizaine d'initiatives de paix ont échoué.

La crise a pris une tournure politique cette semaine avec la démission annoncée des deux tiers du gouvernement qui entendaient protester contre une mauvaise gestion des fonds publics et le limogeage du maire de Mogadiscio par le Premier ministre Nur Hassan Hussein.

Celui-ci a annoncé dimanche qu'il avait nommé cinq nouveaux ministres, précisant que deux ministres démissionnaires avaient déjà été remplacés et que trois autres portefeuilles non attribués jusqu'à présent avaient été pourvus.

Jeudi, le maire de Mogadiscio Mohamed Omar Habeb, accusé d'abus de pouvoir et de corruption, avait été limogé par le Premier ministre. Ancien seigneur de guerre, Mohamed Omar Habeb avait été nommé maire en avril 2007, avec le soutien du président Abdullahi Yusuf Ahmed qui est en conflit avec son Premier ministre.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév 2009 - 22:51    Sujet du message: [AFRIQUE] Somalie : Mogadiscio ravagée par les combats, ... Répondre en citant

..et presque 8 mois après, c'est toujours...

Le bilan des violences en Somalie s'alourdit à environ 80 morts
-25 février 2009-


Un homme blessé à Mogadiscio après avoir été pris dans une fusillade. Pour le deuxième jour consécutif, des affrontements ont opposé en Somalie des rebelles islamistes du groupe Chabaab à la force de paix africaine et à la police, portant le bilan à environ 80 morts selon des témoins.

MOGADISCIO - Des affrontements ont opposé en Somalie pour la deuxième journée consécutive des rebelles islamistes du groupe Chabaab à la force de paix africaine et à la police, portant le bilan à plus de 80 morts selon des témoins.

L'ONG somalienne de défense des droits de l'homme Elman a fait état de 48 civils tués et de 90 autres blessés depuis mardi matin à Mogadiscio.

Des témoins affirment qu'au moins 15 miliciens islamistes et six policiers ont également trouvé la mort lors des fusillades et des tirs de mortier qui secouent la capitale somalienne depuis deux jours.

Ce nouvel embrasement survient quelques jours après le retour à Mogadiscio du nouveau chef de l'Etat, le président Cheikh Charif Ahmed, pour tenter de former un gouvernement d'union nationale afin de ramener la paix dans ce pays en proie à la guerre civile et à l'anarchie depuis 18 ans.

Les membres du groupe Chabaab (Jeunesse), qui ont pris les armes dans la capitale contre le gouvernement et la force de paix de l'Union africaine forte de 3.500 soldats ougandais et burundais, se sont aussi emparés de la localité d'Oddur, dans le centre du pays, au terme d'un bref affrontement mercredi avec des milices progouvernementales.

Selon un notable local joint au téléphone, les combattants islamistes patrouillent dans les rues de la ville désertée par les miliciens. Les combats auraient fait 18 morts.

Source : lexpress.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)