TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[AFRIQUE] Les islamistes Marocains subissent un revers

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Sep 2007 - 11:36    Sujet du message: [AFRIQUE] Les islamistes Marocains subissent un revers Répondre en citant

Les islamistes marocains subissent un revers
-10 septembre 2007-


Un partisan de l'Istiqlal, vainqueur des législatives.AFP.

Marquées par un taux d'abstention record, les législatives du 7 septembre ont été remportées par les nationalistes de l'Istiqlal.

LES ISLAMISTES du Parti de la justice et du développement (PJD) stagnent. Leur présence inédite dans l'ensemble des circonscriptions à l'occasion des élections législatives ne s'est pas traduite par une percée électorale. Le PJD espérait doubler le nombre de ses parlementaires à la Chambre des représentants. Il ne parvient même pas à devenir la première force politique du pays. La dernière-née des grandes formations du royaume est devancée par l'Istiqlal, l'ancêtre des partis politiques marocains. Elle arrive, selon des résultats provisoires, en deuxième position avec 47 sièges contre 52 au vainqueur.

Le PJD a échoué dans sa tentative de mobiliser au-delà de son électorat urbain issu des classes moyennes. Les électeurs lui ont souvent préféré des partis traditionnels de notables, comme en témoigne la présence en troisième position du Mouvement populaire (MP - berbérophone, 43 sièges) et du Rassemblement national indépendant (RNI - droite, 38 sièges), placé au quatrième rang. Ils ont aussi boudé la gauche : l'Union socialiste des forces de progrès (USPF), le parti dominant de la coalition gouvernementale sortante, perd plus d'un quart de ses députés.

La consultation électorale marque la victoire de personnalités locales bien implantées dans leurs fiefs. Ces hommes de réseaux et d'influence ont utilisé leurs relais parmi la population pour s'imposer. Le redécoupage au printemps des circonscriptions a joué en leur faveur. Il s'agissait, en réévaluant le poids des campagnes, de prévenir une poussée islamiste et de favoriser l'émiettement politique.

Le PJD justifie son revers par la corruption. « De nombreux candidats ont acheté des voix. Un mur d'argent a été dressé contre nous. C'est pourquoi nous pensons que nous sommes le véritable vainqueur », a affirmé avant-hier Saâd Eddine Othmani, le secrétaire général du PJD. Le ministre de l'Intérieur, Chekib Benmoussa, a répliqué qu'il ouvrira des enquêtes si des plaintes pour usage illégal de fonds sont déposées. La mission d'observation internationale a évoqué dans son rapport un déroulement satisfaisant du scrutin et n'a constaté que des « irrégularités isolées ». De son côté, l'Union européenne a salué « la réussite et la transparence » de ces législatives.


Absence de clivage

L'autre enseignement réside dans le fort taux d'abstention (63 %). À peine plus d'un électeur sur trois s'est rendu aux urnes. Ce record historique s'explique en partie par l'absence apparente de manipulation des chiffres. Décidé à l'avance tout comme les résultats sous le règne d'Hassan II, le taux de participation électorale a semblé avoir encore subi une remise à flot aux législatives de septembre 2002 (52 % de votants), au début du règne de Mohammed VI.

La désaffection des électeurs traduit le peu d'intérêt porté par les Marocains pour les partis. Dans les quartiers populaires des grandes villes, la méfiance à l'égard de la classe politique est générale. « Ils ne nous donnent que des promesses. Ils viennent pendant la campagne électorale, puis disparaissent pendant cinq ans. Je n'irai pas voter car notre Parlement est un cirque », affirmait quelques jours avant le rendez-vous des urnes Ali, un menuisier du bidonville de Sidi Moumen dans la banlieue de Casablanca.

L'absence de véritables clivages entre les formations en compétition contribue au phénomène. D'autant plus que le rôle négligeable joué par le Parlement dans un système où les centres de décisions se prennent dans l'entourage direct du roi réduit les enjeux.

Abbas El Fassi, le chef de l'Istiqlal a déjà prévenu qu'il entend maintenir l'alliance avec l'USFP et la myriade de formations qui participent à la « koutla (bloc) démocratique ». Quant au PJD, il devrait rester, sauf surprise, dans l'opposition.

Source : lefigaro.fr

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ouf, ça commençait à être préocuppant. Mais je ne pense pas qu'ils s'arréteront à une défaite électorale.
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Sep 2007 - 21:09    Sujet du message: [AFRIQUE] Les islamistes Marocains subissent un revers Répondre en citant

MAROC • Un désaveu cinglant pour les partis politiques
-10 septembre 2007-

Les législatives marocaines ont débouché sur la victoire surprise de l'Istiqlal, parti conservateur, alors que les islamiste du PJD étaient donnés favoris. Mais pour le quotidien marocain L'Economiste, au-delà des résultats, c'est la faiblesse du taux de participation qui est l'élément marquant de ce scrutin.


Le secrétaire général de l'Istiqlal, Abbas El Fassi, est accueilli au siège de son parti par des sympathisants - AFP

Quatre-vingts pour cent des citoyens inscrits sur les listes sont allés retirer leur carte d'électeur. Cela signifie que tous ces gens étaient parfaitement conscients des enjeux des élections et se considèrent concernés par la chose publique. Ils ont fait la démarche, se sont présentés dans leurs arrondissements… Et Dieu sait que ce n'est pas avec plaisir qu'on s'y rend en général !

Par conséquent, nul ne peut dire que les électeurs marocains étaient indifférents ou inconscients. Bien au contraire, ils se sentent citoyens et l'ont fait valoir. Mais seulement la moitié d'entre eux se sont dérangés pour aller voter [le taux de participation a été de 37 %]. L'absence de l'autre moitié devient un acte politique et doit être considérée comme tel. Il est important d'en saisir la signification. Leur absence veut dire qu'ils considèrent les différents partis en compétition comme non fiables, non crédibles. Les formations politiques ne les satisfont pas.

Pour les absents, il y a une évidence. Ils s'en remettent directement au trône et à la monarchie, par-dessus les fractions politiques. Et ce malgré le souhait exprimé par le souverain de voir augmenter le rôle des partis politiques ! Sans cet appel du roi, que serait-il advenu des partis ? Les organisations politiques, en dépit des incitations royales dont elles bénéficient, ont un problème sérieux de représentativité. Les indices sont là depuis longtemps.

Ce qui ne laisse nul doute à ce sujet, c'est la remontée de l'Istiqlal [indépendant, parti conservateur] : il a fait l'effort de mettre en avant une nouvelle génération d'hommes politiques, dans laquelle manifestement les électeurs se reconnaissent un peu plus. On peut aussi se demander si le relatif succès du Parti de la justice et du développement (PJD) ne s'explique pas plus par la nouveauté et la virginité de ses hommes que par l'idéologie dont ils se réclament. La question mérite d'autant plus d'être posée que l'on peut noter que les têtes d'affiche de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) ont été systématiquement évincées.

Aucune société démocratique ne se construit sans les mouvements politiques. C'est dire l'effort que tous les appareils doivent faire sur eux-mêmes. C'est leur programme central des cinq prochaines années.

Auteur : Abdelmounaïm Dilami - L'Economiste

Source : courrierinternational.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Diogène
Epluche torchon

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2007
Messages: 293
Localisation: Dans un tonneau

MessagePosté le: Mar 11 Sep 2007 - 07:04    Sujet du message: [AFRIQUE] Les islamistes Marocains subissent un revers Répondre en citant

Kakos a écrit:
Ouf, ça commençait à être préocuppant. Mais je ne pense pas qu'ils s'arréteront à une défaite électorale.

C'est la crainte de l'islamisme qui te fait dire cela?
L'islamisme du PJD, n'a pas l'air aussi virulant que certaines mouvances plus djihadistes.
Citation:
Le PJD œuvre à encadrer les citoyens, à participer dans la gestion des affaires publiques et à consolider les valeurs de la droiture, la liberté, la responsabilité, la justice et la solidarité. Ce, au travers d’une approche politique fondée sur l’engagement, la transparence, la progression, la participation des citoyens et la coopération avec tous les acteurs. En mettant les intérêts nationaux suprêmes au dessus de toute considération, le PJD traduit une telle approche politique dans ses pratiques quotidiennes et ses programmes militants

sur wikipedia il est fait mention de double language, mais sans reference pour l'etayer. (et je me mefie de ce qui se dit sur ce site)
Citation:
Toutefois le PJD est accusé de pratiquer un double langage alors que ses bases seraient beaucoup plus extremistes que l'élite dirigeante du parti.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_de_la_justice_et_du_d%C3%A9veloppement
Bref, vu qu'un parti conservateur prend le dessus sur un autre parti conservateur, je regarde cela avec desolation...
Surtout avec 37% de 80% d'inscrits sur les listes électorales, soit à peine 30% des personnes... paye ta representation democratique!
Enfin... Jusqu'ici tout va bien, Jusqu'ici tout va bien, Jusqu'ici tout va bien...

(j'en profite pour te remercier pour ces dépêches)
_________________
Vous ne risquez rien, Il n'y a plus Rien!
Et le reste on vous le laisse!

Foutez vous en jusque-là!
Revenir en haut
ouatshaout
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 7 337
Localisation: au saloon

MessagePosté le: Mar 11 Sep 2007 - 10:20    Sujet du message: [AFRIQUE] Les islamistes Marocains subissent un revers Répondre en citant

Diogène a écrit:

Bref, vu qu'un parti conservateur prend le dessus sur un autre parti conservateur, je regarde cela avec desolation...


Ca me chatouillait les doigts...


Diogène a écrit:
Surtout avec 37% de 80% d'inscrits sur les listes électorales, soit à peine 30% des personnes... paye ta representation democratique!


si tu enlèves les votes des morts on doit bien arriver à 25%...

Ah mais non...

la CEE a écrit:
l'Union européenne a salué « la réussite et la transparence » de ces législatives.


Tout va donc bien !

Aller, et que vive la religion surtout.
_________________

http://shelterofwatt.wordpress.com/ En France, on dit que j'ai la Gauledorak.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)