TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[LECTURE] Chuk Palahniuk

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Cocktail Noar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Zoé_Belles_Trames
Oignon frit

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2007
Messages: 144

MessagePosté le: Lun 4 Jan 2010 - 13:59    Sujet du message: [LECTURE] Chuk Palahniuk Répondre en citant

Zoe_Belles_Trames a écrit:
Voilà un auteur moderne à qui je voue un respect incommensurable, car réussir à me réconcilier avec la lecture était un défi de taille. Ses écrits sont des coups de poignard dans le coeur de l'amérique bien-pensante, des mollards en pleine face de cette société occidentale rongée par le fric, les médias et le nombrilisme, en quelques sorte des pamphlets romancés. Palahniuk c'est avant tout 30 années d'observation aigue de l'humanité avant de prendre la plume, quelques évènements tragiques, des échecs à répétition, un certains gout pour le chaos et une grosse dose de cynisme; Alors forcement, quand le bonhomme décide de régurgiter tout ça sur du papier, ça fait des trous partout... Car sa bile s'apparente plus a de l'acide sulfurique qu'a du sirop d'érable ! Ne venez pas chercher dans ses livres un monde rose et lisse comme le cul d'un nourrisson fraichement talqué, vous risqueriez fort d'être choqué par la rugosité de sa prose. L'écriture lui a certainement constitué un exutoire pour éviter de sombrer dans la folie, comme un four en fusion dans lequel il aurait jeter sa rancoeur, son humour grinçant, son imagination, ses sentiments et son passé. Bien sur ses textes sont un océan de sarcasme, une caricature outrancière où l'on flirte très souvent avec le sur-réalisme mais pourtant toutes les histoires issues de la tete de ce grand dingue restent dans le domaine du probable. Le style est concis, précis, corrosif et tranchant, tantôt direct, tantôt teinté de métaphores. Le champs lexical est riche, les analyses quasi-chirurchicales; Il sait sonder et détecter l'épicentre du mal en douceur avant d'en faire gicler le pue d'une violente pression de l'index. C'est un véritable orfèvre de la description qui n'a pas peur de s'impliquer à fond dans les thèmes qu'il aborde (un psychopathe de la documentation notamment)... Rares sont les écrivains qui ne m'ont pas soulé par cet aspect quand il est poussé très loin, trop nombreux sont ceux qui tombent dans le pompeux à aligner des adjectifs pour faire de la page; Ce n'est pas le cas ici, le dosage est savamment effectué, au µg près... Dans cet univers déjanté, il parvient à nous ramener pendant quelques instants à la réalité par de petites incursions dans la vie de tous les jours; on y trouve pleins d'astuces comme les différentes manières de faire disparaitre des taches de sperme ou de vin, des recettes pour fabriquer de la dynamite puis en 3 lignes assassines, il a la capacité a nous replonger la tete dans la cuvette : le contraste est saisissant. Une chose est sure, on ne ressort pas indifférent à la lecture de ses bouquins. A lire bien remonté avant de se lancer dans une révolution ou dans l'éventualité de prendre le contrôle du monde. Ce mec est parvenu à faire passer ses messages (car meme si le theme de la folie est récurrent dans ses écrits, il traite d'autres sujets en parallèle à chaque fois) de la manière dont il l'entendait sans faire de concession sur le style, c'est à dire avec virulence; et dans un pays encore pronfondemment puritain comme les US ça suscite tout de meme une certaine admiration. Force est de constater qu'elles ne sont plus nombreuses les individualités capable de mettre un gros coup de pied dans la fourmilière.
Longues Vies aux Emmerdeurs ! ... Intelligents !

_________________
Pendulum is born, drum n bass is dead

Jamais 2 sans 3, Toujours 303
Revenir en haut
Zoé_Belles_Trames
Oignon frit

Hors ligne

Inscrit le: 17 Sep 2007
Messages: 144

MessagePosté le: Lun 4 Jan 2010 - 14:00    Sujet du message: [LECTURE] Chuk Palahniuk Répondre en citant

Zoe_Belles_Trames a écrit:
Bibliographie

J'en colle qq uns seulement

Fight Club



Bouquin à l'origine du film et pas l'inverse... Fincher s'est contenté d'interchanger qq évènement par rapport au bouqin, rien de plus... Quelque part c'est aussi ça le secret d'une bonne adaptation...Comme pour de la bouffe, "Pourquoi vouloir retoucher une matière première déja exceptionnelle." (Gordon Ramsay)


"Sur le plus haut building du monde, deux hommes exploseront dans dix minutes : Tyler Durden et le narrateur. Flashback. Un jeune cadre conte ses errances d'avion en avion, sa vie passée à ausculter des carcasses de voitures pour le compte d'un constructeur automobile. Bien qu'en bonne santé, l'homme participe à divers groupes thérapeutiques, s'y repaît du malheur des autres et y retrouve le sommeil... jusqu'à sa rencontre avec Marla, une sadomasochiste qui pratique la même imposture. Plus bouleversante encore sera sa confrontation avec Tyler Durden, l'inventeur des fight clubs, ces lieux où de jeunes américains biens nés se battent à mains nues jusqu'à l'épuisement. Peut-être pour donner un sens à leur vie. Peut-être parce que dans ce chaos consumériste qui sert de monde, "la douleur est la vérité, l'unique vérité". Mais pour Durden, il faut aller beaucoup plus loin...

Trois ans après sa parution aux États-Unis, voici enfin traduit l'incroyable premier roman de Chuck Palahniuk qui a donné lieu au film très controversé Fight Club, réalisé par David Fincher, avec Brad Pitt, Edward Norton et Helena Bonham Carter. Le livre est bien plus dérangeant, plus cynique, plus déjanté que le film. Il y a du Bret Easton Ellis d'American Psycho et quelque chose de pire dans ce récit de l'impasse, dans cette dénonciation ultime d'un monde perdu faute de révolution. Plus qu'un livre, c'est une expérience. Et déjà un titre culte qui a reçu le prix de la Pacific Northwest Booksellers Association en 1996."


Survivant



Celui la reste un des livres les plus barrés dans le style que j'ai pu avoir entre les mains. ça part dans tout les sens, une ascension fulgurante voire exponentielle dans le délire, des contrastes a faire pâlir un ecran plasma philipps, des rebondissements a lober un bjorn borg...

"Tender Branson est seul à bord d'un avion qui va s'écraser d'une minute à l'autre. La boîte noire de l'appareil sera son dernier confident. Il lui livre son histoire, celle du survivant de la secte américaine des Creedish qui regroupait plusieurs milliers de membres. Ses règles imposaient aux aînés de rester dans la communauté tandis que les autres enfants étaient dressés pour devenir les domestiques des riches du "monde extérieur", moyennant une contribution reversée directement à la secte. Les journaux l'avaient baptisée "l'église de la main-d'œuvre esclave". Tender a donc travaillé gratuitement pour une famille new-yorkaise. Lorsque les maîtres Creedish ont décrété la Délivrance en entraînant tous leurs membres dans la mort, le gouvernement a mis en place un "programme fédéral de conservation des survivants". Tender Branson en faisait partie.

Dans ce roman puissant, déroutant et cruel, Chuck Palahniuk, auteur du célèbre Fight Club met en scène un antihéros asservi et pathétique qui cherche le chemin d'une liberté impossible et insoutenable pour un esprit programmé dès l'enfance à être un esclave. La force du propos tient dans le constat désespéré de l'auteur : les gens manipulés dans une secte perdent définitivement leur libre arbitre"


Choke



Pour changer, ça ne fait toujours pas dans le roman a l'eau de rose... Fan d' Alexandre Jardin, s'il te plait, abstiens toi de le lire

"On peut dire n'importe quoi ici. Lavements, orgies, animaux, confessez jusqu'à la dernière obscénité, et personne n'est jamais surpris." Ainsi parle Victor Mancini, le héros de Choke, le nouveau roman de Chuck Palahniuk, auteur culte de Fight Club. Son héros est un sexoolique, un dépendant absolu, "un camé du sexe". Afin de payer l'hospitalisation et les soins d'une mère folle qui ne le reconnaît plus, il s'étouffe régulièrement en public jusqu'à ce qu'une bonne âme pratique sur lui une trachéotomie. Lui expurge, vomit tout et permet aux gens qui l'ont sauvé de se croire l'espace d'un instant des héros.
Le lectorat trop délicat, fragile de l'estomac, sera dispensé de lecture. Ceux qui ont les viscères bien attachés seront peut-être ravis. Au contact de cette littérature américaine postmoderne, on vit une explosion créatrice qui jouit dans la surenchère du nihilisme et de la provocation. Immorale à souhait et parfaitement désespérée. À ce jeu-là, Choke remporte la palme. Punk radicalisé avec un soupçon de doute existentiel (merci Kierkegaard), Chuck Palahniuk, nouveau fer de lance du roman US avec Bret Easton Ellis et le regretté John Kennedy Toole, fait passer Henry Miller pour un boy-scout puritain. "Ce que nous vivons maintenant, c'est la Dés-Illumination", professe l'un des personnages. Brrrr, ça fait froid dans le dos."

_________________
Pendulum is born, drum n bass is dead

Jamais 2 sans 3, Toujours 303
Revenir en haut
RoM_IsH
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 4 580
Localisation: ;)
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Jan 2010 - 15:11    Sujet du message: [LECTURE] Chuk Palahniuk Répondre en citant

Mort de Rire

J'avais lu ta critique sur Teki et du coup je suis sur Peste en ce moment:



Buster Casey, alias Rant, est destiné à vivre vite, à mourir jeune et à tuer autant de gens que possible. Dans un futur, où une partie de la population est 'diurne' et l'autre 'nocturne' selon un couvre-feu très strict, le récit prend la forme d'une histoire orale faite de rapports contradictoires émanant de témoins qui ont connu Buster. Ses amis d'enfance décrivent les tendances macabres du garçon. Selon les docteurs, il aurait répandu une épidémie de rage à travers tout le pays. Quant à son gang les 'Chauffards', qui transforme les rues de la ville en gigantesque champ de courses la nuit tombée, il ne cesse de pleurer leur mentor, disparu justement au cours d'un de ces rodéos nocturnes.
_________________
Ma migraine s'appelle RoM_IsH
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Cocktail Noar Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)