TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Fév 2009 - 16:02    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

..et parce que j'ai 2 potes de mon école qui vivent ça en ce moment...

Madagascar: la police tire sur des manifestants, au moins 7 morts
-7 février 2009-


Un manifestant blessé à Antananarivo, le 7 février 2009

Au moins sept personnes ont été tuées samedi à Madagascar par la police qui a ouvert le feu sur une manifestation de l'opposition à Antananarivo, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ces décès portent à au moins 75 le nombre de personnes qui ont trouvé la mort dans les violences, pillages et émeutes qui ont émaillé depuis le 26 janvier le bras de fer entre le maire de la capitale malgache Andry Rajoelina et le président Marc Ravalomanana.

Fin janvier, au moins 68 personnes étaient mortes dans la Grande Ile de l'océan Indien, selon la gendarmerie.

Samedi, un groupe de partisans du maire déchu d'Antananarivo Andry Rajoelina, devenu le principal opposant au pouvoir malgache, a commencé à marcher vers un des bureaux du président Ravalomanana, après un face-à-face de près d'une heure avec les forces de l'ordre.

Un premier cordon de policiers anti-émeutes s'est replié face à l'avancée des manifestants, mais un second cordon, plus proche du palais présidentiel, a tiré à balles réelles, tuant au moins cinq personnes, selon un photographe de l'AFP, et en blessant plusieurs autres.

Un autre journaliste de l'AFP a pu voir sept cadavres dans la morgue de l'hôpital d'Antananarivo.

Peu auparavant, le maire de la capitale, 34 ans, avait, devant quelque 20.000 partisans réunis sur la place du 13-Mai, pris la tête d'une "Haute Autorité de transition" qu'il venait de créer, franchissant une nouvelle étape dans son opposition au régime.

Alors que son rassemblement avait débuté dans le calme, il avait ensuite appelé ses partisans à se rendre vers ce palais présidentiel pour y installer le "Premier ministre" qu'il venait de nommer.

Andry Rajoelina, qui a engagé des procédures pour destituer le président Ravalomanana, a lui-même été destitué par les autorités.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Fév 2009 - 22:19    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

La diplomatie au chevet de Madagascar
-11 février 2009-

Deux courses sont engagées à Madagascar. L'une est diplomatique. "Les deux parties ont accepté le dialogue pour trouver une solution pacifique et démocratique", a déclaré, mardi 10 février, l'envoyé spécial de l'ONU, Haïle Menkerios. L'autre est politique. Alors que la pluie s'abattait sur la place du 13-Mai, où s'étaient réunis quelques milliers d'opposants au président Marc Ravalomanana, le maire déchu de la capitale Antananarivo, Andry Rajoelina, a donné, mardi, les noms des quatre premiers "ministres" de son futur "gouvernement de transition" qui devrait être complet d'ici la fin de la semaine.

Il a ainsi nommé ses "ministres" de la sécurité intérieure, de la décentralisation et de l'aménagement du territoire, de l'intérieur ainsi que des finances et du budget.

Le chef de file de la contestation a par ailleurs appelé à une journée "ville morte", mercredi. "Les travailleurs n'iront pas travailler et les écoliers n'iront pas à l'école", a-t-il déclaré.

Ce même jour, le parti au pouvoir, le TIM, devait organiser un rassemblement dans le stade municipal. Le président Ravalomanana a également nommé un nouveau chef d'état-major.

Source : lemonde.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév 2009 - 22:44    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

Madagascar: l'opposant Rajoelina annonce la fin des discussions
-25 février 2009-


Andry Rajoelina le 13 février 2009 à Antananarivo

ANTANANARIVO (AFP) — L'opposant malgache Andry Rajoelina a annoncé la rupture des discussions avec le président Marc Ravalomanana, absent mercredi d'un quatrième rendez-vous prévu entre les deux adversaires depuis le début de la crise politique.

"A partir de maintenant, moi qui dirige cette lutte, je ne participerai plus à ces négociations. Personnellement, je n'y trouve plus d'intérêt", a déclaré en français M. Rajoelina, à la presse.

"Je me suis rendu (mercredi) à ce face-à-face dans l'objectif de trouver une solution face à la crise que subit Madagascar actuellement. Le fait que le président de la République ne soit pas venu à cette rencontre, cela signifie que la vie de la nation n'est pas prioritaire (pour lui)", a-t-il estimé.

Une quatrième rencontre depuis le début de la crise politique majeure qui secoue la Grande Ile de l'océan Indien depuis mi-décembre était prévue mercredi après-midi dans la périphérie d'Antananarivo.

Le président de la République, qui se trouvait en province dans la journée, ne s'y est pas rendu.

"A partir de maintenant, c'est le peuple qui va revendiquer. Nous allons intensifier les revendications de la population, revenir sur la place du 13-Mai", lieu de rassemblement habituel des partisans du maire destitué de la capitale, a-t-il annoncé, ajoutant: "J'ai été complètement déçu par les trois face-à-face".

Andry "TGV", surnommé ainsi par ses partisans pour son caractère fonceur, n'a pas précisé la date de ce nouveau rassemblement.

Un peu plus tôt, Mgr Odon Razanakolona, président en exercice de l'influent Conseil chrétien des églises à Madagascar (FFKM), médiateur dans la crise, avait annoncé à la presse qu'il se retirait, à titre personnel, des négociations.

"Durant les trois rencontres, rien n'a avancé. C'est le blocage total (...) Je me retire de la médiation. Les Nations unies nous avait demandé de conduire la médiation. Je demande aux Nations unies de prendre les dispositions nécessaires", a déclaré Mgr Razanakolona.

Un conflit larvé entre les deux hommes s'est transformé en crise ouverte mi-décembre, à la suite de la fermeture par les autorités de la télévision du maire élu de la capitale.

Depuis, M. Rajoelina a multiplié les manifestations à Antananarivo et pris la tête d'une "Haute Autorité de transition" censée aux yeux de l'opposition remplacer le pouvoir en place. Il s'est également autoproclamé en charge des affaires du pays.

M. Rajoelina, 34 ans, s'est fait le porte-voix des frustrations de nombreux Malgaches durement touchés par la hausse des prix. Il a également porté sur la place publique leur ressentiment contre M. Ravalomanana décrit comme coupé de la population et affairiste.

Une centaine de personnes sont mortes à Madagascar depuis le 26 janvier dans les violences qui ont émaillé ce conflit.

Vingt-huit d'entre elles ont été abattues le 7 février par la garde présidentielle qui avait tiré sans sommation, dissimulée dans un palais abritant le bureau du président dans la capitale, sur une foule de partisans de M. Rajoelina.

Source : AFP.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Mar 2009 - 23:10    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

MADAGASCAR • Des militaires opposés à la répression se mutinent
-9 mars 2009-

Des militaires du Corps d'armée des personnels et des services administratif et technique (CAPSAT) de Soanierana, un camp proche d'Antananarivo, ont décidé, le 8 mars, de ne plus obéir à leur hiérarchie et au pouvoir, qui ordonne le durcissement de la répression dans la crise politique actuelle.

En outre, d'après Madagascar-Tribune.com, "les soldats expliquent qu'ils ne veulent plus obéir aux ordres de 'mercenaires' étrangers et ne veulent plus que des éléments civils soient intégrés dans leurs rangs lors des opérations de rétablissement de l'ordre au sein de l'état-major mixte opérationnel". Craignant une intervention de la garde présidentielle, des soldats ont érigé des barrages pour empêcher l'accès à la caserne. Mais le nouveau directeur de la sécurité présidentielle, le général Alain Randriamamory, a démenti tout projet d'intervention de la garde présidentielle, composée d'éléments de la gendarmerie nationale, de l'armée malgache et de la police nationale. Il dénonce ces "rumeurs", qui visent, selon lui, à diviser les forces de l'ordre, rapporte le quotidien en ligne.

Après l'avertissement lancé par les plus hauts gradés malgaches aux deux protagonistes de la crise, l'armée est désormais ouvertement divisée sur l'attitude à adopter dans la suite des événements. D'ailleurs, L'Express de Madagascar rapporte les propos de l'archevêque d'Antananarivo et président en exercice du Conseil des Eglises chrétiennes (FFKM), Odon Razanakolona, qui, le 6 mars, avait interpellé directement les forces de l'ordre : "Soyez de vrais défenseurs du peuple. Loin de moi l'idée de vous donner des ordres, mais prenez vos responsabilités, protégez le peuple."

Source : courrierinternational.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Mar 2009 - 23:36    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

Confusion à Madagascar, où la mutinerie s'étend
-12 mars 2009-

ANTANANARIVO - La situation est de plus en plus confuse à Madagascar, où la mutinerie s'étend au sein des forces de sécurité et des soldats dissidents encerclent la résidence du Premier ministre.

Dans un message à la radio nationale, jeudi, le président Marc Ravalomanana a exhorté l'armée et la police à "assumer leurs responsabilités" dans la lutte de pouvoir qui l'oppose à l'opposition et a fait 135 morts depuis le début de l'année.

Les mutins rassemblés devant le siège du gouvernement ont déclaré négocier avec les gardes du corps pour que soit investi un nouveau Premier ministre désigné par le chef de l'opposition Andry Rajoelina.

Le bras de fer entre Ravalomanana et Rajoelina s'est doublé ces derniers jours d'une situation incertaine au sein de l'état-major, au point que personne ne sait plus exactement qui contrôle les forces de sécurité.

Mercredi, le leader d'une mutinerie s'est proclamé chef d'état-major de l'armée, écartant de cette fonction le général Edmond Rasolomahandry qui avait donné à la classe politique trois jours pour résoudre la crise.

Dans la soirée, l'entourage de Rajoelina a semblé approuver pour la première fois l'action des mutins, disant : "Les forces de sécurité ont pris leurs responsabilités et n'ont pas voulu souiller leur honneur militaire par des actions de répression."

L'AMBASSADEUR AMÉRICAIN ALARMISTE

Le chef de la gendarmerie a apporté jeudi son soutien aux mutins. "Nous travaillons avec l'armée et la police nationale avec le nouveau chef d'état-major de l'armée. La priorité est de rétablir l'ordre", a déclaré le général Pily Gilbain.

Prié de dire si la gendarmerie interviendrait contre des manifestants civils, il a répondu : "Les protestations populaires sont des protestations politiques. Nous, les forces armées, ne sommes pas politiques, nous ne nous mêlons pas de politique."

"Notre priorité est de rétablir l'ordre public. J'appelle les forces de sécurité à assumer leurs responsabilités, à protéger la population, et à le faire dans la dignité", a pour sa part déclaré le chef de l'Etat à la radio nationale.

Lundi soir, l'Onu a placé sous sa protection dans une résidence diplomatique Andry Rajoelina, entré dans la clandestinité voici quelques jours de crainte d'être arrêté.

Les médiateurs espéraient organiser ce jeudi un tête à tête entre le chef de l'Etat et Rajoelina mais ce dernier a refusé d'y participer. "Le dialogue a été reporté en raison de problèmes de dernière minute", a commenté le médiateur des Nations unies, Drame Tiebile, sans autres détails.

L'ambassadeur des Etats-Unis, qui a estimé que le pays était "au bord de la guerre civile", encourage ses diplomates et ressortissants à quitter l'île.

La crise secoue depuis décembre une île qui est la quatrième du monde par les dimensions et dont la croissance économique dépend du tourisme ainsi que des investissements extérieurs dans l'exploration de ses vastes réserves pétrolières et minières.

Beaucoup de Malgaches estiment toutefois que les retombées de la croissance engrangées sous la présidence de Ravalomanana ne leur ont pas profité. Rajoelina, ancien disc-jockey de 34 ans passé à l'action politique, a capitalisé sur ce mécontentement.

Le président Ravalomanana, magnat de l'industrie laitière aujourd'hui âgé de 59 ans, a qualifié Andry Rajoelina de fauteur de troubles.

Le chef de la mission de l'Union européenne à Madagascar, Jean-Claude Boidin, a prévenu que tout coup d'Etat aboutirait à une suspension immédiate de l'aide au pays. "Ce n'est pas une possibilité, c'est une règle fixée par les accords de Cotonou."

A Antananarivo, sur la place du 13-Mai, épicentre des révoltes populaires depuis l'indépendance de la France en 1960, les boutiques sont restées fermées.

Source : lexpress.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 17 Mar 2009 - 00:51    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

Madagascar : l'armée pousse le président dehors
-16 mars 2009-

L'armée malgache a donné lundi soir l'assaut des bureaux de la présidence dans le centre-ville d'Antananarivo pour «précipiter le départ du (président Marc) Ravalomanana», a déclaré à l'AFP le chef d'état-major de l'armée, le colonel André Andriarijaona. «On a pris le palais pour précipiter le départ de Ravalomanana», a déclaré le chef d'état-major, affirmant souhaiter la démission du chef de l'Etat pour «l'intérêt supérieur de la Nation».


Marc Ravalomanana avait affirmé dimanche qu'il ne démissionnerait «jamais», après avoir été acclamé par 5000 de ses partisans rassemblés devant le palais présidentiel à Antananarivo, la capitale du pays. Poussé par une forte pression de l'opposition menée par l'ex-maire de Antananarivo, Andry Rajoelinaa, il avait évoqué la tenue d'un référendum pour sortir de la crise. «Je reste au pouvoir, Je n'ai pas peur d'un référendum, si c'est nécessaire», avait-il déclaré.

L'opposition affirme avoir pris le pouvoir

Samedi déjà, l'opposition malgache avait déclaré avoir pris le contrôle du siège du gouvernement à Antananarivo. Son chef Andry Rajoelina, 34 ans, destitué début février de son poste de maire d'Antananarivo, vivait caché depuis le 5 mars après une tentative d'arrestation. Samedi, il est apparu publiquement, annonçant «commander» l'armée et exigeant la démission du président Marc Ravalomanana.

La gendarmerie et la police ont aussi basculé dans la défiance au président depuis quelques jours. Le nouveau chef d'état-major de l'armée, André Andriarijaona, a estimé samedi qu'il n'y avait pas lieu à ce stade de déployer l'armée vers le palais présidentiel, tout en se disant prêt à soutenir l'opposition si nécessaire : «Je suis sûr que la garde présidentielle va quitter les lieux, donc ce n'est pas la peine de déployer les forces armées pour ça.» La garde présidentielle est évaluée à environ 500 hommes, contre 28 000 pour l'armée, la gendarmerie et la police.

Vers de nouvelles élections ?

L'opposition accuse Marc Ravalomanana d'avoir «manqué à ses obligations constitutionnelles», lui reprochant notamment «la tuerie» du 7 février. Ce jour-là, la garde présidentielle avait tiré sur des partisans de l'opposition, tuant 28 personnes.
Elle lui repoche aussi l'utilisation du pouvoir «au profit d'intérêts purement privés et personnels». Alors qu'elle recevait samedi le soutien du président de l'Assemblée nationale et ex-Premier ministre de M. Ravalomanana, Jacques Sylla, l'opposition a pris l'«engagement» d'organiser des élections générales d'ici 24 mois.

Réunion d'urgence de l'Union africaine

Au total, plus d'une centaine de personnes sont mortes depuis janvier dans les violences qui ont émaillé le conflit, le plus grave depuis l'arrivée au pouvoir de Marc Ravalomanana en 2002. Face à la détérioration de la situation, une «réunion d'urgence» du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine a été convoquée pour lundi matin afin d'examiner la situation dans cette île pauvre de l'océan Indien.

La Commission européenne s'est déclarée samedi «sérieusement préoccupée» par la crise. L'émissaire de l'ONU à Madagascar, Tiébilé Dramé, a appelé les Malgaches «à trouver un compromis».

Source : leparisien.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Mar 2009 - 00:04    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

A Madagascar; l'opposition à Rajoelina s'organise
-23 mars 2009-


Boudé par la communauté internationale, le nouvel homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina, est confronté dès ce lundi dans la capitale à un rassemblement de ses opposants, sur la même place du 13-Mai d'où ses partisans ont poussé son prédécesseur à la démission.

ANTANANARIVO - Trois milliers d'opposants à Andry Rajoelina ont pris part dans le centre d'Antananarivo lundi à ce qu'ils présentent comme la première d'une série de manifestations pour obtenir le départ du nouveau "leader transitoire" de Madagascar, parvenu au pouvoir la semaine dernière grâce à l'armée.

L'ancien maire de la capitale avait lui-même orchestré depuis le début de l'année une série de manifestations sur la place du 13-Mai pour obtenir la chute du président Marc Ravalomanana, agitation dont le bilan s'est soldé par 135 morts.

"Je suis ici pour montrer mon refus d'accepter le gouvernement transitoire. Ravalomanana avait encore deux ans à accomplir. Pourquoi n'ont-ils pas attendu les élections et que le peuple de Madagascar s'exprime ?", a confié dans la matinée une institutrice qui manifestait.

Les manifestants ont dû se disperser lorsqu'un blindé de l'armée a fait mouvement vers la foule et tiré en l'air pour la dissuader de rallier l'immense place du centre de la capitale.

"Nous n'avons pas encore fini", ont alors scandé les protestataires, en promettant de revenir tous les jours de la semaine manifester contre le nouveau pouvoir, boudé par la communauté internationale, à commencer par les pays voisins de la Communauté pour le développement de l'Afrique australe (SADC).

L'Union africaine, qui n'accepte plus les régimes issus de coups d'Etat, a de son côté suspendu Madagascar de ses instances et les ambassadeurs occidentaux à Antananarivo ont boycotté ce week-end la cérémonie d'intronisation du jeune leader.

"RETOUR À L'ORDRE LEGAL"

L'Union européenne a qualifié de coup d'Etat la transmission à celui-ci des pouvoirs que Marc Ravalomanana avait abandonnés à l'armée et les Etats-Unis ainsi que la Norvège ont suspendu leur aide à la Grande Île.

"Nous ne pouvons accepter la prise de pouvoir par les armes et par la force", a déclaré lundi aux manifestants Raharinaivo Andrianantoandro, porte-parole du parti de Ravalomanana. "Nous exigeons avant toute chose le retour à l'ordre légal et le rétablissement des institutions", a-t-il ajouté."

Andry Rajoelina, un ancien disc-jockey sans grande expérience politique - qui est âgé de 34 ans, soit six de moins que le minimum requis par la Constitution pour occuper les fonctions de chef de l'Etat -, a dissous les deux chambres du parlement à la fin de la semaine dernière.

Le nouveau leader "transitoire" malgache, qui devait présider dans la journée son premier conseil des ministres, a promis d'organiser dans les deux ans des élections, un délai rejeté par la communauté internationale.

On ignore toujours où se trouve Marc Ravalomanana, lui-même arrivé il y a sept ans au pouvoir à la suite de manifestations de rues contre le régime du capitaine de frégate Didier Ratsiraka, aujourd'hui en exil.


Source : lexpress.fr
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Ven 27 Mar 2009 - 21:05    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

MADAGASCAR • Les pro-Ravalomanana haussent le ton
-27 mars 2009-

Les manifestations de milliers de partisans du président déchu Marc Ravalomanana se succèdent à Antananarivo. Entamé de façon spontanée dès la cérémonie d'intronisation du président de la Haute Autorité de transition Andry Rajoelina, le 21 mars, le mouvement s'amplifie. Selon Madagascar-Tribune.com, "les banderoles foisonnent à l'image des intervenants à l'estrade. La verve et la pertinence des intervenants au micro rivalise avec celle des occupants de la place du 13-Mai d'il y a quelques semaines". Mais "il n'y a pas de vrais leaders qui émergent ou qui s'imposent", constate le quotidien en ligne.

Le 25 mars, des accrochages entre pro-Ravalomanana et pro-Rajoelina ont failli dégénérer en émeutes, "obligeant les forces de l'ordre à faire usage de tirs en l'air et de grenades lacrymogènes pour disperser autant les casseurs que les manifestants pro-Ravalomanana". On compte deux blessés. Ce jour-là, "les parlementaires proches du régime Ravalomanana sont venus grossir les rangs des manifestants", note l'Express de Madagascar à propos de la trentaine de députés et quelques sénateurs présents.

En outre, "par téléphone de Mbabane, capitale du Swaziland, l'ancien chef de l'Etat malgache a annoncé son retour prochain à Madagascar. Une déclaration qui a mis du baume au cœur des opposants du régime transitoire d'Andry Rajoelina, en liesse" lors de la manifestation.

Pour sa part, le Tiako i Madagasikara, le parti de Ravalomanana, refuse de participer aux Assises nationales qui doivent se tenir les 2 et 3 avril et pose deux conditions : "le retour au pays de l'ancien président et les Assises nationales organisées par une organisation internationale indépendante", rapporte Midi Madagasikara. Un ultimatum de quarante-huit heures pour la démission d'Andry Rajoelina lancé par des représentants des fonctionnaires prend fin ce vendredi 27 mars, au cinquième jour de manifestations.

Source : courrierinternational.com
_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
RoM_IsH
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2007
Messages: 4 580
Localisation: ;)
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Mar 2009 - 09:22    Sujet du message: [AFRIQUE]Madagascar: la police tire sur des manifestants,... Répondre en citant

Madagascar: grande manifestation pro-Ravalomanana violemment dispersée
28 Mars

ANTANANARIVO (AFP) — Au moins 31 partisans du président malgache déchu Marc Ravalomanana ont été blessés dans la dispersion musclée de leur rassemblement samedi à Antananarivo, où ils ont dénoncé pour la sixième journée consécutive la prise de pouvoir d'Andry Rajoelina.

Entre 15.000 et 20.000 personnes, selon l'AFP, se sont rassemblées à la mi-journée sur la "Place de la démocratie", un jardin public baptisé ainsi mi-janvier par l'ex-opposant et actuel président de la Haute autorité de transition, Andry Rajoelina, lors du premier temps fort de son conflit ouvert avec le chef de l'Etat.

A l'instar du mouvement de M. Rajoelina, les pro-Ravalomanana ont fait le plein samedi, bénéficiant de la disponibilité des travailleurs et étudiants le week-end.

"Nous avons voulu démontrer de façon éclatante que nous avons notre légitimité. Nous avons mis la pression (...) pour dire: +la crise est encore là, la solution n'est pas cette mascarade d'investiture (de M. Rajoelina). Venez autour d'une table+", a expliqué à l'AFP Raharinaivo Andrianantoandro, le porte-parole du parti de M. Ravalomanana (TIM).

Des représentants de fonctionnaires ont lancé un appel à la grève générale à compter de lundi. Des appels similaires lancés par l'équipe de M. Rajoelina lors de son mouvement de contestation populaire avaient été relativement peu suivis, témoignant de la lassitude d'une partie de la population devant les crises politiques à répétition dans le pays (1975, 1991, 2002).

Les manifestants ont ensuite été appelés à rejoindre la Place du 13-Mai, située à quelques centaines de mètres de distance et qui a accueilli la plupart des rassemblements des partisans de "TGV", le surnom de l'ancien maire de la capitale, M. Rajoelina.

Mais les forces de l'ordre les en ont empêchés, tirant des grenades lacrymogènes.

Cette première salve a eu raison de l'enthousiasme de la grande majorité des manifestants, laissant les forces de l'ordre aux prises avec les partisans les plus véhéments du président.

La police a ensuite procédé à des tirs de sommation très nourris, a constaté un journaliste de l'AFP.

A 17H30 (14H30 GMT), le principal hôpital de la ville avait admis 31 blessés, la plupart victimes de bousculades, mais plusieurs d'entre eux étaient touchés par balle et deux se trouvaient en réanimation, a indiqué sur place à l'AFP une source hospitalière ayant requis l'anonymat.

"Aujourd'hui, la démocratie est bafouée", a regretté M. Andrianantoandro.

L'ex-président, qui était silencieux depuis sa démission forcée le 17 mars, a adressé mercredi pour la première fois un message à ses partisans dans lequel il qualifie de "coup d'Etat" la prise de pouvoir d'Andry Rajoelina.

M. Ravalomanana a gagné l'Afrique du sud jeudi depuis Mbabane, capitale du Swaziland, qui accueillera le 30 mars un sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) - dont Madagascar est l'un des pays membres - et qui doit décider de sanctions à l'encontre du régime de M. Rajoelina.

Lâché par l'armée, il a été contraint de démissionner le 17 mars en transférant les pleins pouvoirs à un directoire militaire, qui les a ensuite remis à M. Rajoelina. La Haute Cour constitutionnelle a depuis validé ce transfert des pouvoirs.

La crise politique dans la Grande-Ile a fait plus d'une centaine de morts depuis fin janvier, et paralyse le pays notamment au niveau économique.

Source: AFP
_________________
Ma migraine s'appelle RoM_IsH
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Autour d'une bière :: Niouzes Internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)