TANTRIK BANGKOK - Forum du collectif Tantrik Bangkok

TANTRIK BANGKOK Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil    Se connecter pour vérifier ses messages privés    ConnexionConnexion 

[CARNET DE VOYAGE] Inde 2005

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Cocktail Noar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ccil
Tantrik Family

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2007
Messages: 9 393
Localisation: new orleans
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Juil 2007 - 12:06    Sujet du message: [CARNET DE VOYAGE] Inde 2005 Répondre en citant

Inde : juin - septembre 2005

Ça remonte à loin maintenant mais je me dis qu’il n’ait pas encore trop tard pour vous narrer mes 3 mois passés en Inde, de fin juin à fin septembre.
Je ne suis pas partie à l'arrach', sac à dos-gourde et en avant !
Non, je suis partie pour effectuer mon stage de 3ème année... Direction le Gujarat puis le village de Mandvi...
Un pti peu de géographie pour vous situer

'oilà, à côté de Bhuj, en haut à gauche...

Bref, départ de Paris, je quitte la France sans trop de regret, envie de me décoller un peu la face du quotidien et de laisser mes soucis franco-français derrière moi.
Arrivée à Bombay, paye ta chaleur gluante à 3h du matin.. Problème, je ne repars que le lendemain 7h d'un autre aéroport...

Quel bordel pour arriver à comprendre leur anglais en 1er abord ! Les "w" deviennent "v", ils roulent les "r" et j'ai la tête dans le fion..

Finalement j'arrive à comprendre et je monte dans un tacot pour un hôtel et ce même tacot viendra me chercher demain pour me conduire à l'autre aéroport..

Paye ta nuit sans dormir de peur de me rater, je m'offre une chtite bière, écrase 1 cafard et dors 1/2 h..
A y est, le gars vient me chercher comme prévu, je décolle dans une coquille de noix, Gujarat me voilà !!

Pour un peu décrire le Gujarat, je dirais que c'est un des Etats le moins touristique, normal, on y boit pas et c'est mal vu de fumer...
La majorité des gens sont hindous... donc pas de viandes et pour les Jains, pas de dérivés de tous produits animaux en +...
Un climat chaud et sec, la mousson n'est pas florissante dans cette zone...

Bref, retournons à mes oignons... un des gars de l'entreprise-ONG dans laquelle je vais travailler devrait venir me chercher à l'arrivée..
Incroyable paysage quand nous atterrissons à Bhuj. J’avais quitté un paysage verdoyant, bruyant de monde à Bombay pour me retrouver quasi dans un désert avec un âne au loin...

Je sors de l'aéroport et je vois une joyeuse délégation qui m'accueille comme il se doit ! Toujours encore un peu de mal avec l'anglais, j'essaye d'être le + smilante possible !
Une chance pour moi, Béatrice était aussi une stagiaire qui était là un mois avant moi et qui m'a pas mal aidé à tout comprendre de ce qui se passait..

Alors voilà Himanshu, ça ce sont ses parents qui reviennent d'Ahmedabad, allez, on se sert dans le 4x4 et on va grailler !
Yeah ! Du chapati, des pickles qui pique mais qui sont sucrées, des sauces en veux-tu en voilà, mange avec tes mains, y'a pas de chiottes pour se les laver !!

Raaa je me suis bien marrée en tout cas ! Retour à Mandvi, 50 Km de Bhuj, plus une maison, juste qq chiens écrasés sur les routes, des rickshaws transformés en ptite camionnette, de la route droite, des champs de sésame et de coton tout petits..

Pour vous situer un peu, Mandvi est connu pour ses constructions de bateaux en bois.. depuis, l’activité a un peu périclité.
Mandvi.. son port :



sa plage…


sa monoroute :


son paysage :


ses activités de bord de route


ET ! son magnifique temple impressionant !



On s’était fait un petit détour un jour à Bhuj (à 50 km), LA ville :


et le retour sans soucis : une pièce en moins et ça repart !


On loge à 10 minutes du bureau, en plein milieu de la route qui mène à Mandvi, dans une espèce de centre qui regroupe 1 école primaire, une ONG et qq chambres de passage...
Je loge avec Béa, on s'installe, enfin moyen de se poser une fesse, 48h après mon départ ! La chambre est très sobre,

mais le robinet à niveau du genou qui sert de douche à eau salée à retenue mon attention didon !


Béa me dit qu'elle s'ennuyait pas mal depuis un mois, presque personne ne parle l'anglais à part qq étudiants de passage, de même au bureau, juste 2 employés et le directeur ont un bon niveau d'anglais.. Mais attention ! Les indiens ont le meilleur anglais qu'il doit exister de nos jours ! Mais pas d'bol, ici, on parle le GUJARATI !

1ère soirée, 1ère bouffe, je rencontre les cuistots qui s'avéreront être + tard, une bonne bande de rigolos, même sans les mots, nous sommes arrivés à communiquer et à passer de magnifiques soirées.. A y est, déjà je m'enflamme et je ressens cette sensation de bien-être que j'ai pu avoir durant ce séjour..
Préparation des chapatis..pas facile de les faire en rond-rond !


La cuisine avec le graf « Shiva » fait en fin de séjour.. ils étaient vraiment ravis !


Mais on en est qu'au début.. et au début.. J’en ai pas mal chié ! Entre le décalage horaire, un peu de blues de me retrouver dans le trou du Q du monde sur une mono route qui mène à un mini-village.. rien à 50 km à la ronde.. aouch !

Sur le toit du bâtiment où l’on dormait


Heureusment que Maman m’a envoyé 2 sauciflards pour combler la déch’ de protéines !

comme quoi il en faut..peu ! pour être heureux…

Tous les matins, on avait droit aux chants des écoliers, tous en rangs dans la cour, joli réveil qui gazouille. En rentrant le soir, c’était la fin de l’école, chacun allait dans son rickshaw !



Bref, je commence le taf.. le taf, génial ! Je travaillais dans une petite entreprise qui s'appelait Agrocel, import-export de fruits & légumes, entre autres activités. On y allait en rick-qhaw réaménagé pour le transport de 5 à 10 personnes à la fois. 10 minutes de monoroute à travers champs.
Là c’est le hangard de stockage


Ici une famille pauvrette dont je voyais la fillete tous les jours seule, bosser comme une taré, jusqu’à ce que je la prenne en photo. Ce sourire …


ça, c’était les locaux : les « bureaux » à l’étage, la cuisine et les chambres au rez de chaussée. Pour certains qui n’avaient pas les moyens de se payer un appart, la meilleure solution est de dormir directement au bureau !


Des bonnes dates fraiches derrière les bureaux..


les petits producteurs et mon patron


Le patron m'avait choisi pour effectuer une baseline study, comprenez "étude de référence" pour faire passer ses petits producteurs de sésame et de coton en commerce équitable et agriculture bio. Certains avaient déjà été convertis, d'autres non.
Je devais élaborer un questionnaire auprès de ses producteurs: statut, âge, type de maisons et équipements, perceptions et bénéfices de l'agri bio, Superficies sous coton & sésame biologiques, typo des agriculteurs, moyens matériels, cheptel, leurs autres cultures, problèmes liées à l'agri bio, les types d'intrants, les rendements des cultures bio, maladies & parasites, leurs sources de revenus détaillés, % lié à l'agri bio,
dépenses dans l'agri, revenu net, .. je vous passe le reste !

En tout 78 questionnaires dans 14 villages différents ! Une vraie partie de plaisir ! Aller de villages en villages, dans des coins paumés, des éthnies tribales colorées à souhait. Des gens curieux, parfois souriants, parfois effrayés, je pense notamment à des petits gamins qui ont commencé à pleurer en nous voyant arriver !

Je vous laisse le plaisir d’apprécier l’ambiance avec ces photos :





notre conducteur
















Mon Directeur-Traducteur au centre


Il nous a même invité chez lui, dans sa maison familial à Ahmedabad. Nous avons été reçu comme des Reines !



Craquant ce gamin !

y’avait même de vraies toilettes didon !!!



Durant nos soirées, je vous l'accorde, pas grand chose à faire ni où sortir, mais nous avons eu de longues discussions avec les parents d'Himanshu.


Son père était médecin par les plantes, eau, terre. Bref, il nous a parlé des heures de son métier, des philosophies hindous et bouddhistes, de positions de relaxation à pratiquer tous les matins, à nous réveiller parfois à 5h parce que c'était le moment de faire tel ou tel truc...

D’ailleurs, nous sommes partis à travers le gujarat jusqu’à la frontière Pakistanaise avec eux pour se faire une session visites de temples de tous genres, tous styles, toutes religions. Ici que tu sois musulman, hindou ou bouddhiste, tu es accepté dans n’importe quel lieu de prière… bel exemple d’ouverture, d’intégration et de respect n’est-il pas ?




Ces photos ont été prises à l’intérieur de ce temple dédié à Shiva… photos interdites, oups !
Ça déborde un peu de fioriture, non ?



Au bout du bout du bout du monde….






Himanshu au centre…enfin presque…

Avec nos cuistots, 1 fois par semaine, c'était Musik Time ! en avant les poubelles en fer, les bouteilles en plastique remplies de graviers et le piano à soufflet ! C'était un bon moment de retrouvailles et les seuls moments où on entendait du bruit après 19h dans le centre.




Egalement la petite épicerie du coin a du trouver l’arrivée de 2 françaises très rémunérateurs pour son commerce ! ptits gateaux, glaces, téléphone en France… on avait droit à tous les égards !


Sinon on discutait comme on pouvait avec les gens du centre. Danse et couture avec les femmes


TP au henné avec les filles


La mission a du me prendre 1 mois 1/2 et comme je n'avais pas de véritable boulot par la suite, on s'est tapé un pti road trip façon Touriste avec Béa pdt 3 semaines, en avant !

Première étape : Udaïpur, la ville qui éveille tous tes sens ! Jaïsalmer, la ville fortifiée en pierres de sable au milieu du désert !
Jaïpur la ville Rose, Accra et son Taj Mahal et enfin Bénarès, la ville sainte sur le Gange.

Pour les détails, on est parti en bus, pas trop de problèmes sauf que le 2nd qu'on a pris était conduit par un malade mental : laisse tomber, en couchette à l'arrière du bus à se cramponner, en pleine nuit noire, je voulais même pas regarder ce qu'il se passait dehors.. C'est des malades !!


Udaïpur, génial, bien trop petite pour l'urbanisation et le tourisme galopant, les hôtels miteux côtoient les magnifiques temples...




un spectacle de danse de 'jeneséplus' quelle ethnie le 1er soir



et après, un bon resto avec MA 1ERE BIERE depuis mon arrivée ! Fraîche et délicieuse à souhait, ça ne sera pas la dernière de la soirée.


Une ptite balade en bateau pour aller voir sur une île le château "flottant" de Monsieur le Maharaja



puis visite d'un village regroupant tous les artisanats et les différentes cultures du nord de l'Inde..



L'aprem, on est monté sur le plus haut point panoramique d'Udaïpur avec un rickshaw.. Jamais cru qu'on allait y arriver tellement le bordel broutait et la pente était raide !
Magnifique vue à 360 °, magnifique ...



On redescend et notre conducteur de rickshaw nous demande si on était motivé pour un bang lassi "fait maison"... yeah ! "ou plutôt "fait main" quand j'ai vu le vieux gars tout crade de fin fion de ruelle nous pressez son citron et le couler dans une espèce de mixture ignoble et me filer le tout dans un verre avec les marques de lèvres noires sur le pourtour.. Hmm, very good, thanks a lot !
Du coup assez strong son bordel, ça nous ouvre l'appétit, on va se bouffer un truc dans un resto - terrasse... comme tous les restos d'ailleurs, les tables sont situées sur les terrasses et les cuisines au 2 ou 3ème étage.. parfois tu te plantes entre la cuisine et les chiottes ..
on voit qu'ils ont des Lassi mais ont-ils des Bang lassi ? pas sur la carte bien sûr, mais ils nous en ont préparé façon-façon ! Un bon milkshake savoureux-crémeux avec épices! Un autre tavernier !!
Yo, paye ta sortie du resto ! Valser entre les caisses pour retrouver notre hôtel.. on gère ? Mais graaaaaave !!

Vues de l’hôtel



Jaïsalmer, bien que touristique est super jolie... Après un bus pête dos/jambe, à avoir fait des km dans le désert, une ville se dessine au loin avec un énorme fort au sommet.. waouw, ça claque ! On se trouve un hôtel en ville et on monte vers le fort..

Vue de l’hôtel

Au pied du fort




Ralalaaa, que des petites ruelles qui se recoupent dans tous les sens... Ah ouai, c'est joli, ouai, mais.. on est où fuck ?
A l'intérieur, on peut circuler où l'on veut, entre des shops de touristes et des maisonnettes dans des ruelles,

un sâdhu pour les touristes


le fort garde son charme, toutes les pierres sont en sable compacté. Au sommet, on a une magnifique vue des remparts, sur toute la ville jusqu'au désert au loin..



A l'entrée, le Bang Shop Spécial Tourist où tu peux consommer qq bons bang lassi (médium-strong XStrong) et qq cookies beuhérisées, bref le tout bien moins fort qu'à Udaipur, faits sous l'manteau...


J'ai même croisé un teufeur à tarace boulba dans le fort mdr

Nan, en fait c'est une ethnie qui se coiffe de la sorte quand qq'un de sexe masculin décède dans la famille.. Apparemment, je n’étais pas la seule à le photographier!

On a voulu se faire "the Dunes of Sam",


une ptite session couché de soleil sur le chameau. Toute la route était sympa





mais au point de panorama du coucher, il y avait des touristes partout, le coucher de soleil perd son charme quand t'as des allemands qui braillent juste à 10 m de toi.. mais bon, hein, on faisait nos touristes aussi ! ..en + le coucher de soleil était embrumé… pas grave, on peut pas tout avoir !

On reprend un bus conduit par un taré,


direction Jaïpur : méga bondée comme ville, on circule entre les rickshaw, les pousse-pousse, les charrettes, les vélos, les voitures, les piétons, les étals... et tout ça sans circulation cohérente... A la grâce de dieu et allez !


On a sympathisé avec un pousse-pousse qui nous a conduit tte la journée un peu partout,


même chez son pote Peintre qui nous a fait gouter du bon chichon. ça nous a permis de faire une ptite pause dans cet univers assourdissant...


les bâtiments sont tous pour la plupart coloré en rose due à la visite d'un lord anglais à qui le Maharaja a tout fait repeindre en rose pour l'occasion.. Rien que ça !





On a visité un énooorme centre d'Astrologie où tous les outils pour mesurer la distance planète-soleil étaient à taille réelle.


Voyez, ce sont des centaines d'escaliers ici !

On s'est fait aussi un mirador avec je ne sais plus combien de marches pour admirer le panorama pollué de la ville, bref, on a bien vadrouillé !



Le soir, tjs avec notre pote pousse-pousse, on est allé fumer devant l'hôtel avec d'autres pousse-poussiers et 1 shilom avec le sâdhu du coin. Kiool !


Je passe vite sur Accra, surtout venues pour voir le Taj Mahal, ba on l'a vu.. Mais de la terrasse d'un resto ! Blindé de monde, une queue de folie pour y accéder et toi Etranger, tu paies 15 euros !



Du coup on s'est trouvé un pti resto-bières-clopes et blam, belle tof du Taj, merci-au revoir.. oui un peu de schmit..merci-au revoir..
On doit prendre le train pour notre dernière destination : Bénarès ! Pour ça, on devait prendre le train et traverser le pont de la mort : je ne sais pas combien de singes avaient élus domicile sur le pont qu'il fallait qu'on traverse pour aller à la gare... le stress de ne pas savoir comment ils allaient réagir.. leur territoire ? Habitués à l'Humain ? Oui à l'Indien mais à la ptite Française, il y est habitué le putain de singe ?
Y’en avait pleins les voies déjà…


On a serré les fesses et on est passé.. Le train arrive avec ses 10 000 gens accrochés de partout, perds pas ton sac mamie, y'a des mains qui trainent partout !

Le souci c'est qu'on avait qu'on avait que 2 places sur liste d'attente.. et on pensait (vraiment !) pouvoir s'en trouver une fois dans le train puisqu'on était bien remonté dans la liste depuis la veille... Mais là, pas d'bol, on tanne le contrôleur, it's full ! What a big merde, comment on fait, on a + de 16h de train ?
On reste entre les wagons et les chiottes une bonne heure et là bonheur, une place se libère après un arrêt jenesézou..

Bref, enfin pouvoir se poser un Q et nos sacs, on est vanné.. bon ba imaginez une place d'1m70 sur 40 cm.. On y a dormi à 2 juska 5h du mat', 'tain les gens se sont bien marrés en nous voyant se pousser et se caler, jusqu'à ce que le contrôleur nous réveille pour une autre place, tu déchires mec !

Arrivé à Bénarès en tout début de matinée, on va se caler à notre hôtel.. Des gens tout peace, adorables, bref, un vrai lit, du confort comme on en voulait après ces longues heures de train...
Bénarès.. dur à d'écrire... c'est une ambiance mystique perpétuelle.. Ou que tu ailles, de la musique tu écouteras, ou que tu regarderas, sâdhus, temples et prieurs tu verras...
C'est un délice de se laisser perdre dans les ruelles de Bénarès pour accéder aux Ghats, les espèces de petites descentes d'escaliers vers le Gange. il doit en avoir + de 100 le long de la ville..
1er soir, on arrive pour une cérémonie sur un des Ghats principal. Un amas de monde incroyable, tous assis en attendant le début de la prière..


Des rites inconnus que je découvre, de l'odeur de l'encens s'élève et embaume tout le monde présent, la musique commence, silence solennelle pendant que les gens des ashrams brandissaient leurs chandeliers pour chanter les prières à Shiva...


J'en suis restée la gueule ouverte un bon bout de temps, croyez moi ! Même après ce temps, je me souviens de cette ambiance si particulière qui régnait ce soir là..
Dur dur de repartir après avoir assisté à ça. On va manger un bout dans un resto où ils nous servent la bière dans un pot à thé, comme c'est aussi interdit dans la ville.
Ptit concert de zik tradi


On dit que mourir à Bénarès stoppe le cycle de réincarnation auquel est voué l'Humain, tant qu'il ne s'est pas purifié le long de ses différentes vies. Mourir à Bénarès arrête ce cycle et te permet d'aller au Nirvana, leur Paradis. Du coup tout le long de notre séjour, nous assistons à des processions funéraires, le corps porté par les proches, descendant vers un ghât. On a décidé de les suivre et on débarque dans un endroit glauque à souhait, enfumé ou des gars nous ont expliqué que c'était le ghât de la crémation : on brule le corps et on épand ses cendres dans le Gange.


Si tu as de l'argent pour t'acheter assez de bois pour te faire incinérer entièrement, tes cendres auront plus de chance d'atteindre le Nirvana que si tu ne peux pas t'acheter la quantité de bois nécessaire... On s'endette même pour sa mort..

On a été assez refroidi mais un gentil pti gars nous propose d'aller faire un tour dans sa boutique de Soie.. bien sûr ! La soie de Bénarès est très réputée partout dans le monde et justement, Béa devait en ramener pour ses parents, on se dit pourquoi pas..
On arrive, toujours un Chaï rituel et on regarde la caserne d'Ali Baba. Des quantités phénoménales de tissus empilées dans un capharnaüm apparemment organisé...

on déballe, on touche, on s'essaie en sari, on délire, on voit que Catherine Deneuve est passée ici d'après la coupure de journaux du vendeur très méticuleux, bref, on s'en sort avec de beaux tissus à moindre prix Wink


C’est vrai qu'ici, dès que tu as le temps, la négociation aboutit bcp mieux. Souvent l'Occidental n'a pas le temps, n'aime pas parloter des heures et se fait bien Niquer.. Je pense que nous nous en sommes bien sorties après 3h passées dans la boutique !

Au petit matin, levé 4h, on ne doit pas rater le rv pour la barque qui doit nous faire remonter le Gange et voir le lever de soleil immanquable.

Effectivement, à 5-6 sur l'embarcation, il n'y avait pas de mots pour décrire l'effervescence qui gagne les Ghats tout les matins. Entre les Pûjâ (rituelles aux Dieux), la baignade et purification, le brossage de dents sans doute efficace, l'entrainement des lutteurs, le lavage des habits colorés, parfois le passage d'un cadavre d'une vache balancée dans le Gange... Nan sérieusement, c'était magique, personne ne parlait...










On a fait une halte à ce fameux ghât de la crémation. On était en train d’incinérer un corps. Ils nous ont fait approcher jusque sur l’autel. Mais dès les 1ères flammes, je me suis cassée direct de là…

On s'est gavé de visites de temples et de musées consacrées à la vie de Shiva, un des principal Dieu prié dans la ville..





On est passé une journée à Sarnath, le village où le jeune Bouddha aurait atteint l’illumination.

ce petit village regorge de temple conscrés à Bouddha, de différentes nationalités


ici un temple chinois

la stûpa de Bouddha où se trouve une de ses reliques


Bref Bénarès nous a ttes les 2 bien retournées et nous ne voulions pas repartir de cette ville, 3semaines, c'est bcp trop court pour tout visiter, tout voir, s'imprégner de toute cette culture

Nous retournons après beaucoup d'heures de train et de fatigue à notre cher petit village de Mandvi. Les enfants et les cuistots nous font la fête !



Nous sommes aussi bien contentes de rentrer même si nous aurions voulu tirer + loin vers l'Est ou le Sud.. pour une prochaine !
Un des cuistots nous a invitées à déjeuner dans sa famille. On a eu droit à tant de respect, sympathie, bonne humeur, ça nous a réchauffé le Cœur, sincèrement.. impossible d'avaler quoi que ce soit de + après le repas, et pourtant, ils auraient bien voulu !

Séances photos parés de leurs + beaux atouts


Béa est repartie en France 3 semaines avant moi. Même si j'appréhendais un peu son départ, on a vécu tellement de choses ensemble, je me sentais ici comme à la maison.



Je lui ai proposé de l'accompagner à Bombay pour prendre son avion.
A nouveau des heures de train et Bombay : une catastrophe cette mégalopole. Des gens, du monde, du bruit, de la pollution, ... on est bien loin de Mandvi.
Flippées pour traverser la route, on se barricade dans l'hôtel duquel on sortira très rarement. Aucune photo, pas aimé du tout, je m'arrache dès qu'elle est partie pour l'aéroport.

Et me revoilà seule ce coup ci, dans ma petite chambre. Je continue à aller au Boulot, mais ils n'ont pas grand chose à me proposer... Sauf un jour, Manish vient me parler de son ami astrologue qui serait vraiment intéressé de me rencontrer, vu ma "carte astrale intéressante".. bof ! Ça peut être marrant..
Et ba didon, qu'est ce que j'ai été bluffé par cet homme ! A peine entrée, il a pu me raconter toute mon enfance, mes problèmes et ceci au mois de l'année près !, mes traits de caractère, des évènements qui m'ont attristés ou fait du mal... je vous raconte pas j'étais en vrai madeleine à la fin tellement il m'a fait remonter des choses insoupçonnées ou bien cachées chez moi.. Complètement mis à nue, tous mes sentiments à découverts qu'il récitait calmement... vraiment Incroyable ce Nayan.
Me voyant en total perdition, il m'a offert son aide pour m'aider à me débarrasser de certains "démons" que je traine depuis un certain temps. a sa façon : K7 de récitation d'un psaume à Ganesh à ne dire que dans des cas très particuliers, à ne pas réciter à voix haute juste comme ça; aller à un certain temple d'Hanuman où "l'épreuve" que je devais passer (et qui a réussi) m'a permis de rentrer dans le sanctuaire de ce dieu dédié normalement aux célibataires Homme et dont aucune femme ne doit franchir cette limite...


J'étais sur une autre planète, complètement... et ça à 1 semaine de partir, ça vous donne des doutes et des craintes sur ma prochaine rentrée en France.. j'vais être complètement déconnecté !
Enfin je ne remercierais jamais assez Nayan pour tout ce qu'il m'a dit, m'a fait,...

Le départ approche et c'est vraiment difficile. Les liens, tous ces liens crées avec ces personnes qui me semblaient si différentes et hermétiques à mon arrivée.. On s'est ouvert nos cœurs, malgré la barrière de la langue, on a appris à se connaitre tellement bien, des relations si simples, sincères qui rendent vraies et durables les relations. J'ai ressenti tous ces sentiments et j'ai vraiment les boules de laisser ça derrière moi.
Un des cuistots ne peut s'empêcher de tirer une larme en disant "Cécile...good mitra". qui veut dire "Cécile..bonne amie".. Bref, très émouvant pour la madeleine que je suis.
Un au revoir douloureux parce que rempli d'émotions fortes... Bye bye India.

Je complèterai au fur et à mesure des notes que je dois retrouver lorsque j'étais en Inde. Particulièrement un texte que j'avais écrit après une "séance" avec le père d'Himanshu sur la Nature.. lobotomix !
Ce voyage m'a ouvert les yeux sur moi-même, m'a permis de simplifier des tas de choses dans ma tête. de me sentir + vraie et + existée... Un vrai repli sur soi qui a porté ses fruits.
Malheureusement, le petit nuage sur lequel je flottais à mon retour en France s'est dissipé au fur et à mesure de la reprise des habitudes françaises. Mais je sais que ce travail n'a pas été vain et qu'au fond de moi je garde les stigmates de cette introspection entreprise... avec beaucoup de succès.

Bonux d'une vidéo faite avec les qq photos scannées à l'époque

_________________
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire..!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TANTRIK BANGKOK Index du Forum :: <<< BANGKOK CAFE >>> :: Cocktail Noar Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com - Glass Template Created by DoubleJ(Jan Jaap)